Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

UNE NOUVELLE AMIE: L’HOMME EST UNE FEMME COMME LES AUTRES

Laura est enterrée
dans sa robe d’épousée, en Bovary moderne. Son époux n’est pas
Charles Bovary, médecin de campagne ennuyeux comme la pluie, mais
David, charmant et doux, et à l’occupation secrète :
s’habiller en femme.
Xavier Dolan, dans
Mommy, nous réconciliait avec Céline Dion. En sortant de la
salle après Une Nouvelle amie, on est pris d’une envie folle
d’écouter Nicole Croisille.
« Une femme
avec toi » va comme un gant à David et Claire. Chacun(e)
devient femme grâce à l’autre.
Voici
la manière d’Ozon de réfléchir sur l’identité de genre, et de la
différencier avec intelligence de l’orientation sexuelle (nous parlions de ce thème avec Matthieu Delaporte, réalisateur d’Un
Illustre inconnu
.) David veut devenir femme sans pour autant aimer
les hommes. Il aime Laura passionnément jusqu’à son décès. Claire, quant à elle, est l’amie de Laura depuis l’enfance. Elle trouvera en David « une
nouvelle amie. »

Qui a peur de
Virginia… Woolf ?

Après cette
découverte troublante pour la jeune fille, elle appelle la version
féminine de David Virginia, comme Woolf, auteur du roman Orlando, publié en 1928.
Dans Orlando, un
personnage change de sexe en traversant les époques. Il s’agit
peut-être du premier roman transgenre.
Woolf s’intéressait
déjà à l’homosexualité. Dans Mrs Dalloway (Madame Bovary version
anglaise) Clarisse, l’héroïne, embrasse son amie de toujours,
Sally, sous les étoiles.
Baiser de Clarissa (Natasha McElhone) et Sally, dans Mrs Dalloway, de Marleen Gorris (1997)
Michael Cunningham a
bien compris cette tendance et l’a intégrée à son roman, The
Hours
, merveilleusement adapté à l’écran par Stephen Daldry. Dans le film de Daldry, nous assistons à trois baisers lesbiens. The Hours donne une seconde chance au couple de Clarissa (sublime Meryl Streep) et Sally, sa compagne. La Clarissa moderne, cependant, est bisexuelle, puisqu’elle était amoureuse de Richard (c’est aussi le prénom du mari fâcheux dans le roman de Woolf) dans sa jeunesse.
Clarissa (Meryl Streep) et Sally (Allison Janney) dans The Hours, de Stephen Daldry (2002)
Le film présente aussi une tendance homosexuelle chez Laura Brown (épatante Julianne Moore) femme au foyer des années 50 qui étouffe dans un mariage d’ennui.
Toni Collette et Julianne Moore dans The Hours
Enfin, on voit Woolf elle-même embrasser sa soeur. Daldry, dans les commentaires du DVD, indiquait qu’elle « aspirait presque sa vie » dans ce baiser.

Virginia Woolf (Nicole Kidman, oscarisée pour le rôle) embrasse sa soeur dans The Hours.
Dans Une Nouvelle amie, la
question de l’orientation sexuelle se pose davantage pour Claire que
pour David : son amitié fusionnelle avec Laura et ses
sentiments troubles à l’égard de David laissent à penser qu’elle
serait bisexuelle.
Dès Gouttes d’eau sur
pierres brûlantes
(2000) Ozon mettait en scène un couple homosexuel sur
un ton original et décalé.

Amitié d’outre-tombe

Le
deuil est aussi l’un des thèmes de prédilection de François Ozon. On se
souvient du superbe Sous le sable, où une femme était
hantée par le fantôme de son époux, sans oublier Le Temps qui
reste
(dont nous parlions ici) qui raconte l’histoire d’un homme à
qui il reste trois mois à vivre. 

Dans Une Nouvelle amie, Ozon mêle plusieurs
types de lumière pour différentes ambiances du film. Une lumière
douce pour les moments de joie et de nostalgie, des tons froids quand
David habille son épousée perdue, dans une nécrophilie tout en
délicatesse. L’esthétique de cette scène est proche de celle de
Six Feet Under, série télévisée où une famille de
croque-mort donnent une beauté dernière à leurs clients.

Laura hantera David et Claire jusqu’à la toute fin du film. En effet, Une
Nouvelle amie
porte bien son titre. Claire cherche, en quelque
sorte, à remplacer Laura. Elle joue à la poupée avec
David, le coiffant comme elle coiffait son amie. On
reconnaîtra Laura petite fille sous les traits de sa fille de sept ans, Lucie. 
Le rôle de Claire est finement interprété par Anaïs Dumostier qui suit la
transformation de David de ses yeux de moineau. Isild le Besco, quant
à elle, n’est jamais plus belle que lorsqu’elle est absente. Elle
incarne fort bien ce fantôme diaphane qui plane sur le couple.

Isild le Besco et Anaïs Dumoustier dans Une Nouvelle amie, de François Ozon (2014)

L’identité de
genre au cinéma


L’affiche du dernier Ozon peut évoquer celle de La Vénus à la fourrure, de Polanski (2013)
Dans le film de Polanski aussi, un homme (masochiste) vivait sa différence avec culpabilité, et tentait, à l’aide d’une autre femme, d’assumer son penchant.
On remarque par ailleurs, dans cet opus d’Ozon, l’influence d’Almodovar, passionné depuis toujours par la question
du genre. Romain Duris, touchant et convaincant (pas aussi bon que Jared Leto, mais tout de même) rappelle les plus beaux personnages
féminins du cinéaste espagnol.

Romain Duris se sent femme dans Une nouvelle amie

De plus, la fin du
film ressemble à une version inversée de Parle avec elle.

Xavier Camara et Leonor Watling dans Parle avec elle, de Pedro Almodovar (2002)
Mais devenir femme,
pour David, ce n’est pas seulement en parler. Il passe à la
pratique.

L’identité de genre au cinéma

La question de
l’identité de genre (je suis né homme mais me sens femme, je suis
née fille mais me sens garçon) intéresse le cinéma français
depuis plusieurs années. Dans Ma Vie en rose, Ludovic, dix ans, pense que Dieu
s’est trompé, et qu’il a glissé un Y dans ses gênes, là où il
fallait glisser deux X.
Ma Vie en rose, d’Alain Berliner (1996) 
Sur l’affiche du
film de 1996, un petit garçon semble naître dans une rose. De la
même manière, David dit être né, non pas dans un chou, mais dans
un chou-fleur.
Dans Tomboy,
plus grand succès de Céline Sciamma à ce jour, Laure se rêve
garçon (hétéro, cette fois) et courtise une fille de son âge en
espérant lui plaire.
Contrairement à ce
que l’on a dit dans la presse de Boys Don’t Cry, il ne s’agit pas d’un
film lesbien (le terme de « cinéma gay » est déjàproblématique) Teena Brian se fait appeler Brian Teena car dans sa
tête, elle est garçon, peu importe les démentis du corps.
 Chloé Sevigny (Lana) et Hillary Swank (Teena/Brian) dans Boys Don’t Cry de Kimberly Peirce (1999)
La question est double chez Guillaume Gallienne pour son film aux 5 césars : il
pense qu’il est une fille, et se demande par ailleurs s’il est attiré
par les garçons.
Une Nouvelle amie est un film subtil sur la question de l’identité. Romain Duris et
Anaïs Dumoustier forment un tandem bouleversant et juste, dans cette
tendre amitié veillée par Isild le Besco en épouse d’outre-tombe.
D’accord, pas d’accord avec l’article? Postez un commentaire !
Ça peut vous plaire:

   

   

Avatar
Marla

Ancienne prof de cinéma en fac, je partage sur Marla's Movies mes analyses de films depuis 2014. Je sais parler de Shakespeare et de Harry Potter dans la même conversation. Je pleure devant les vieux films français et les animations Pixar. Venez discuter cinéma et séries, je vous aime d'avance.

Laisser un commentaire

shares
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial