Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

The Front Runner : sexe, mensonge et politique

3 out of 5 stars (3 / 5)

The Front Runner est basé sur des faits réels. Le film relate la campagne du sénateur démocrate Gary Hart (Hugh Jackman) qui a le vent en poupe. Candidat à l’élection présidentielle américaine, il distance largement le président sortant, un certain Reagan. Trois semaines avant les élections, agacé par les questions des journalistes, qu’il trouve trop intimes, il les défie de « le suivre partout ». Des journalistes le prennent au mot, et déterrent une bombe politique qui explosera pendant la campagne de Hart…

Les journalistes au cinéma

The Front Runner fait la part belle au « quatrième pouvoir ». Ce surnom des médias indique que leur pouvoir immense. Car ils peuvent forger ou de détruire des carrières selon les scoops qu’ils dénichent. De plus, quand il s’agit de politique, les liens médiatico-politiques deviennent ambigus.

The Front Runner reprend le flambeau de plusieurs fictions qui se sont intéressées au journalisme d’investigation. L’une des premières fut The Front Page (1931) où des journalistes mettaient en évidence la collusion d’un élu avec la justice. Un innocent condamné à mort devenait simple dommage collatéral. Son remake, La Dame du vendredi (1940), classique de la screwball comedy (comédie romantique et burlesque), parvenait à présenter des portraits divers de journalistes (snobs, intègres, opiniâtres, insensibles…) derrière des rafales de dialogues brillants.

Rosalind Russell et Cary Grant dans La Dame du Vendredi, réalisé par Howard Hawks (1940)

Rosalind Russell et Cary Grant dans La Dame du Vendredi, réalisé par Howard Hawks (1940)

The Front Runner : une série a précédé le film

Ces films allaient lancer une mode récurrente : le thriller politique basé sur des faits réels ou imaginaires. Les Américains aiment en effet produire des films cathartiques où ils exorcisent leurs traumatismes historiques. La campagne électrique de 1988 a d’ailleurs incité le réalisateur Robert Altman à tourner un mockumentaire de 11 épisodes, Tanner ’88. Cette série, l’une des premières séries HBO, se voulait le commentaire ironique de cette campagne. Gary Hart fit même un caméo dans la série.

Cynthia Nixon et Michael Murphy dans la série Tanner'88, créée par Garry Trudeau, réalisée par Robert Altman (1988)

Cynthia Nixon et Michael Murphy dans la série Tanner’88, créée par Garry Trudeau, réalisée par Robert Altman (1988)

Le grand classique du thriller politique cinéma est sans doute la retranscription du scandale du Watergate dans Les Hommes du président (1976) d’Alan J. Pakula. Côté séries, il faut voir la britannique Jeux de pouvoir (2003) du génial Paul Abbott, d’ailleurs adaptée au cinéma… par les Américains, encore eux.

The Front Runner : un film nuancé

Si les journalistes peuvent être décrits négativement (notamment les paparazzi, terme forgé d’ailleurs par un cinéaste – Fellini dans La Dolce Vita), ils sont du bon côté. En effet, ils bataillent contre un pouvoir, politique ou non, décidé à taire la vérité. C’était le cas récemment dans Spotlight qui dénonçait les prêtres pédophiles de Boston. Mais The Front Runner va dresser un portrait particulièrement nuancé des journalistes et des politiques.

The Front Runner questionne à plusieurs reprises le comportement des journalistes. Le Miami Herald déterre le scandale sexuel dans lequel s’est enferré Hart. Mais cela en valait-il la peine ? Les journalistes dévastent son couple et sa campagne. Puis, ils subissent les retours mitigés d’un public qui se demande où s’arrête le droit à la vérité et où commence la violation de la vie privée. Surtout, ils plongent sa prétendue maîtresse Donna Rice (Sara Paxton) dans la tourmente médiatique.

Sara Paxton (Donna Rice) dans The Front Runner (2019), réalisé par Jason Reitman

Sara Paxton (Donna Rice) dans The Front Runner (2019), réalisé par Jason Reitman

Des échos avec notre époque

Le réalisateur Jason Reitman ne se prive pas d’exercer d’inquiétants parallèles avec notre époque. Puisque la vie privée n’existe plus à l’ère d’Internet. La hâte des journalistes à publier leur enquête se retourne contre eux car ils n’ont que des preuves indirectes. The Front Runner établit un lien évident avec les médias d’aujourd’hui, bousculés par la tyrannie de la vitesse lancée par Internet (sans parler des Fake News). Le harcèlement continu des reporters sur la famille de Hart, notamment son épouse Lee (Vera Farmiga, splendide de dignité blessée) se voit aussi dénoncé.

Notons que ni Gary Hart ni Donna Rice n’ont reconnu les faits.

Hugh Jackman (Gary Hart) et Vera Farmiga (Lee Hart) dans The Front Runner

Mais The Front Runner préserve la sympathie des journalistes d’investigation. Ils sont avant tout perdus par un scoop qu’ils ne s’attendaient absolument pas à dénicher. Une fois sur le coup, ils ne savent pas trop quoi en faire. En cela, The Front Runner apparaît comme le dégradé plus ombré de Pentagon Papers de Spielberg, dont les journalistes luttaient contre l’administration Nixon pour publier des secrets d’État.

Les journalistes de Pentagon Papers (2018), réalisé par Steven Spielberg

Les journalistes de Pentagon Papers (2018), réalisé par Steven Spielberg

Une fine interprétation

Hart est très bien incarné par Hugh Jackman, meilleur en politicien tout en clair-obscur qu’en beau-parleur chantant. Hart doit recourir à des trésors de rhétorique pour contourner les questions du public. Dans un pays très protestant comme les États-Unis, le mensonge politique est impardonnable (on se rappelle de Bill Clinton dans le scandale Monica Lewinsky), d’où un suspense fort bien mené. Le discours final de Hart sonne très juste, d’une brutale lucidité sur ses agissements mais aussi sur les dangers à venir des médias de masse.

L’autre grande figure de The Front Runner est Bill Dixon, directeur de campagne de Hart. J.K. Simmons joue à merveille un stratège dépassé par les événements.

J.K.Simmons (Bill Dixon) dans The Front Runner

J.K.Simmons (Bill Dixon) dans The Front Runner

Ça ne vaut pas les bonnes séries sur le sujet

The Front Runner s’appuie sur un livre de Matt Bai, journaliste politique, et un scénario signé par Reitman, Bai lui-même, et Jay Carson. Ce dernier fut haut employé de la Maison-Blanche pendant 20 ans et producteur de House of Cards US. The Front Runner fait donc la part belle aux discussions politiques et de journalistes, et c’est là que le bât blesse.

Les conversations à rallonge entre journalistes d’un côté et politiques de l’autre sont sans doute réalistes. Hélas, elles sont dépourvues de l’éclat des dialogues d’Aaron Sorkin, auteur de brillantes séries politiques (À la Maison Blanche, qui a d’ailleurs imaginé une histoire de scandale sexuel en saison 4) et journalistiques (The Newsroom). Une masse d’informations peu utiles épuise, et retarde le décollage de The Front Runner. On sent que Reitman n’est pas à l’aise avec ce script trop bavard. En effet, sa mise en scène abuse du champ/contrechamp, loin du tournage caméra à l’épaule de la série d’Altman, ou des élégants walk and talk des séries de Sorkin.

Un walk and talk typique dans la série A la maison blanche (1999-2006) créée par Aaron Sorkin

Un walk and talk typique dans la série A la maison blanche (1999-2006) créée par Aaron Sorkin

The Front Runner aurait gagné à se concentrer sur l’enquête et ses répercussions sur la famille de Hart.

Le casting subit aussi cet éparpillement. Aucun des journalistes ne parvient à se démarquer, noyé dans la masse des répliques et des personnages. En résulte un récit parfois désincarné.

Alfred Molina (le rédacteur en chef du Washington Post) dans The Front Runner (2019)

Alfred Molina (le rédacteur en chef du Washington Post) dans The Front Runner (2019)

The Front Runner fait parfois l’effet d’une grosse machine informative en mode automatique, incapable de donner chair aux différents points de vue qu’il veut proposer.

Un fin portrait du journalisme politique

Desservi par un scénario trop écrit et morcelé, et des personnages trop nombreux, The Front Runner trouve sa pertinence dans sa description nuancée du journalisme et des politiques.

La performance de Hugh Jackman nous aide à nous intéresser à la chute de Gary Hart.

 

Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !

À lire aussi :

Clément
Clément

Docteur en binge watching. Donne les Réponses aux Grandes Questions sur les Séries, les Films, l'Univers et le Reste (mais surtout les Séries et les Films).

Laisser un commentaire

shares
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial