Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

The Best Offer : l’art du mensonge

4 out of 5 stars (4 / 5)

Une affiche de choix

 
L’auteur et réalisateur du chef-d’oeuvre Cinéma Paradiso revient avec The Best Offer. Tout d’abord, une affiche de choix : on y retrouve Geoffrey Rush, formidable Lionel Logue dans le Discours d’un roi. L’acteur australien partage l’affiche avec Donald Sutherland, toujours parfait, et Jim Sturgess, l’inoubliable Jude du film musical Across the Universe.
 
Du côté féminin, Liya Kebede, irrésistible mannequin dans Le Capital, et l’étonnante Kiruna Stamell, actrice de petite taille quasiment inconnue du public, et au talent très prometteur.
 
Enfin, n’oublions pas Sylvia Hoeks, dont le visage de madone correspond parfaitement à ce rôle de femme perdue parmi les tableaux.
 

Entre romance et fantastique

 
Virgil Oldman est spécialiste d’art et commissaire-priseur renommé. Il collectionne les femmes, ou plutôt leur portrait. La caméra filme amoureusement sa collection, magnifique mais impossible, où l’on peut reconnaître des chef-d’oeuvre internationaux appartenant aux plus grands musées, tels que le portrait de Lucrezia Panciatichi, de Bronzino (1), La Fornarina de Raphaël (2), ou encore le portrait de l’actrice Jeanne Samary de Renoir (3).
 
Lucrezia Panciatichi.jpg  Fornarina de Raphaël.jpg  renoir-jeanne-samary.jpg
1                         2                          3
 
Virgil passe donc un temps infini dans sa chambre secrète, entouré de ces femmes peintes par d’autres.
 
The_Best_Offer salle tableaux.jpg
 
Son personnage est proche de celui de Jack Nicholson dans Pour le pire et le meilleur (1997) Il ne semble sortir que pour son travail, et souffre d’un Trouble Obsessionnel Compulsif, phobie sociale qui le rend misanthrope, terrifié qu’il est par toute forme de contamination. Ses mains gantées, ses airs de dandy et ses répliques spirituelles font souvent penser à Oscar Wilde.
 
Puis il rencontre Claire. Enfin, presque. Cette jeune femme mystérieuse est également atteinte de phobie sociale, et refuse de sortir de chez elle, une magnifique villa à faire briller les yeux de tous les antiquaires.
 
Claire n’est jamais plus fascinante que dans cette présence fantomatique, comme dans les nouvelles d’Edgar Allan Poe, où l’auteur écrivait son obsession des très belles femmes victimes d’un mal étrange. À l’image, cela se traduit par des clins d’oeil plein d’ironie à l’univers du fantastique, à la manière de Hitchcock.
 

Ceci est un thriller

 
Virgil, dont le nom réfère au guide de Dante dans La Divine comédie, mènera-t-il Claire à la lumière du jour ? Si la trame apparaît d’abord comme une romance entre deux êtres sur le point de se soigner l’un l’autre, l’envoûtante musique d’Ennio Morricone ne trompe pas : The Best Offer est bel et bien un thriller, comme l’indiquent les affiches italienne et américaine (même si la française a choisi d’insister sur la dimension artistique du film.)
 
the best offer affiche italienne.jpg
 
Le guide se retrouve lui-même guidé par des indices troublants : tout d’abord, les rouages et pièces détachées de quelque automate sans âge, qui aurait été l’oeuvre de Jacques Vaucanson. L’automate devient le symbole d’une quête du cœur, comme dans Hugo Cabret de Scorsese. Les deux automates sont bien sûr un clin d’oeil au plus célèbre robot du cinéma, celui du Metropolis de Fritz Lang.
 
Automate de Tornatore

Automate de Tornatore

 
 
Automate de Scorsese

Automate de Scorsese

 
Robot de Fritz Lang

Robot de Fritz Lang

 
Autre personnage fascinant, l’étrange oracle du café, elle aussi atteinte de TOC, puisqu’elle compte tout avec exactitude. Sa mémoire impressionnante ressemble à celle de l’artiste foraine dans La Fille sur le pont de Patrice Leconte. Une manière pour Tornatore de mettre le personnage en parallèle avec l’oracle mécanique de Jacques Vaucanson, censé dire toujours la vérité.
 
D’autres indices sont semés sur le chemin de Virgil dans les dialogues, par deux de ses amis, l’un son complice lors des ventes aux enchères, l’autre un jeune confident, qui connaît à la perfection les rouages des machines et des cœurs.
 

Un film à voir… et à revoir

 
Et si Virgil Oldman, étonnamment doué pour différencier l’authentique de la contrefaçon, n’était pas infaillible ? Le renversement final, de facture assez classique mais réussi, se penche sur les rouages de la machination. The Best Offer est donc un film à voir, mais aussi à revoir, pour le plaisir de se laisser prendre au piège au premier visionnage, et de repérer les indices au second. Le destin de Virgil fera mentir son prénom de guide pour confirmer son patronyme de vieil homme (Oldman.) Sa fin ressemble à celle de Salieri dans Amadeus de Milos Forman. La réalisation de Tornatore est remarquable, jusqu’au travelling final, majestueux.
 
best offer clocks.jpg
The Best Offer est l’un des plus beaux films de l’année. Il faut donc courir le voir en salles tant qu’il est encore temps. C’est d’ailleurs le temps qui est au cœur du film, où Tornatore nous offre une merveilleuse réflexion sur l’art, l’amour, le mensonge… et le cinéma.
 
 
D’accord, pas d’accord avec l’article ? Dites-le en commentaire !
 
Avatar
Marla

Ancienne prof de cinéma en fac, je partage sur Marla's Movies mes analyses de films depuis 2014. Je sais parler de Shakespeare et de Harry Potter dans la même conversation. Je pleure devant les vieux films français et les animations Pixar. Venez discuter cinéma et séries, je vous aime d'avance.

3 commentaires pour l’instant

Avatar

goodfelesPublié le 10:08 - Mar 9, 2015

Oui je suis assez d'accord c'est un polar romantique formidable ! Dommage qu'il est été si transparent dans les salles

Avatar

Jestin PierrePublié le 10:11 - Avr 21, 2020

Merci Marla pour votre analyse que je partage et surtout pour les indications concernant les références des tableaux que je n’ai pu trouver ailleurs !

Laisser un commentaire

shares
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial