Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait.

Archive de l’étiquette

TOP 10 2019 : les meilleurs films de l’année

Chers amis cinéphiles, je n’ai pas été sage cette année. En effet, je n’ai pas vu assez de films. Est-ce parce que j’ai succombé aux sirènes de Netflix et que j’ai regardé plus de séries que de raison ? Je ne sais pas. En fait, il y a une réponse triste et simple à la question de mon absence en salles : trop peu de films m’ont tentée. Car j’ai beau avoir ma fameuse carte, habiter tout près du Louxor qui est une sorte de paradis posé en plein Barbès, j’ai beau avoir ce blog… Et je l’ai mis de côté, ce blog, pour cause de travail, car j’ai besoin de cinéma plus que de pain. Mais si je n’ai plus de pain, difficile d’aller au cinéma…
 
 
Le Louxor cinéma à Paris

Le Louxor, l’une des plus belles salles de cinéma de Paris

 
Donc, trop peu de films m’ont tentée. Pourtant, j’aime me nourrir de documentaires et de films d’auteur. Hélas, h’ai vu trop peu de films de la deuxième catégorie et pas un seul, je crois, du premier, si ce n’est sur Arte ou en rattrapage sur YouTube. Le dessin animé un peu rare J’ai perdu mon corps me tentait sans que j’ai le temps de le voir, par exemple.
 
Est-ce moi qui ne consomme plus le cinéma de la même manière ? Pourtant, j’en ai besoin de mon moment en salle, au point que cela me manque, quand, pendant une semaine, je m’occupe à autre chose.
 
 

2019 : une année terne pour le Cinéma ?

 
Cette année, parce que j’avais moins de temps à dédier au cinéma, j’ai décidé de ne pas trop le perdre. Ainsi, je me suis consacrée à plusieurs chefs-d’œuvre. J’ai par exemple vu pour la première fois Chinatown la semaine dernière. Moi qui ne suis pas très branchée film noir, J’ai été très séduite par celui-là. Alors, j’ai voulu voir des vieux films dont tout le monde parlait, des grands films contemporains conseillés par mes copains blogueurs. Si bien que j’ai vu moins de films sortis cette année. Et je vais écrire ce poncif qui dit que 2019 a été une année un peu morne pour le cinéma, puisque je le pense.
 
Certains films qualifiés de grands, toujours par mes copains blogueurs ou par des critiques de bon ton, m’ont laissée de marbre, notamment le dernier Tarantino. Pire, je n’ai pas été submergée par la vague d’enthousiasme autour du fameux Parasite, que j’ai trouvé bien fait sans être le chef-d’œuvre annoncé partout.
 
Non seulement je n’ai mis qu’une seule caméra d’or cette année, mais même mes flops sont un peu délavés. Pour tout dire, je n’en ai même pas 10 dans ma liste, quand j’aime tant à l’habitude être virulente sur les très mauvais moments passés dans mon endroit favori. Aussi, je ne ferai peut-être même pas de flop 10 cette année. Mais je fais tout de même un top 10, car ce serait triste de ne pas le faire après cinq ans de ce blog que j’aime tant et où j’ai hélas brillé par mon absence justement cette année. D’aucuns diront que mon top n’a rien d’extraordinaire. C’est exactement ce que je pense de 2019 en matière de cinéma. Voici donc mon TOP 10 2019 cinéma :
 
 

10. Stan et Ollie, de Jon S. Baird

 
Laurel et Hardy sont des artistes que l’on croit connaître. Le biopic sorti cette année (écrit par Jeff Pope, le scénariste de l’excellent Philomena) vous prouve le contraire. Même si l’on devine le clown blanc sous l’Auguste, On ne sait que trop peu la mélancolie des deux comiques les plus célèbres du cinéma. Émouvant, bien interprété, sobre et juste, Stan et Ollie était une bonne surprise.
 
Stan & Ollie de Jon S. Baird
 
 
 

9. Deux Moi, de Cédric Klapisch

 
Cela faisait longtemps que Klapisch ne me séduisait plus. Il faut dire que je n’ai jamais accroché à la fameuse série Dix pour cent, et que je suis, comme beaucoup, nostalgique de L’auberge espagnole et surtout d’Un air de famille. Deux moi m’a réconciliée avec Klapisch.
 
Parce que ce film, qui devrait être une romance mais n’en est pas une, nous rappelle que le couple, c’est d’abord deux personnes distinctes, singulières, qui auraient dû se rencontrer beaucoup plus tôt mais que le destin a unis au bon moment. Ça parle aussi psychanalyse, l’une de mes marottes, et puis il y a Camille Cottin dedans. Je suis amoureuse d’Ana Girardot depuis… et de François Civil depuis cette année. Deux amours en un seul film, c’est presque trop beau. Et ce film-là l’est, sans aucun doute.
 
Deux moi de Cédric Klapisch
 
 

8. Sibyl, de Justine Triet

 
Bon, ça parle encore de psychanalyse. Et l’interprétation est impeccable. Cette histoire de névrose, d’entraide féminine et du complexe d’acteur donne un très bon film, l’une des bonnes de surprises de cette année.
 
Sibyl de Justine Triet

LA CRITIQUE DU FILM

 
 
 

7. Mon inconnue, de Hugo Gélin

 
Quel plaisir de découvrir François civil dans ce film à mi-chemin entre la comédie romantique et la SF ! Il fallait oser. Pourtant, le pari est réussi.
 
 
Mon inconnue de Hugo Gélin

LA CRITIQUE DU FILM

 
 

6. Sorry we missed you, de Ken Loach

 
Le film de Ken Loach (sur un scénario de son fidèle comparse Paul Laverty) était définitivement la perle de Cannes. Si l’on parle à tout-va d’uberisation dans les médias et dans les milieux politisés, rien de tel que Ken Loach et sa caméra brute pour montrer à quel point ce livreur, ce chauffeur, ce mec que l’on ne connaît pas, se bat tous les jours dans un travail qui lui coûte, ironiquement, beaucoup d’argent, et peut-être sa vie. La claque de cette année, indubitablement.
 
Sorry We Missed You de Ken Loach

LA CRITIQUE DU FILM

 
 

5. Joker, de Todd Phillips

 
C’est l’histoire d’un homme désespéré qui devient criminel. Joaquin Phœnix reprend le rôle du joker avec un talent épatant. La caméra de Todd Phillips le suit dans son parcours d’antihéros, et l’on vibre à chaque instant devant ce pauvre type devenu assassin dans une société malade. Un film prenant et ultra-référencé.
 

 
 
 

4. Marriage Story, de Noah Baumbach (Netflix original)

 
J’étais jusqu’ici extrêmement sévère avec Noam Baumbach. En effet, je m’ennuyais ferme devant ses films, qui incluaient déjà Adam Driver. Mais cette fois, c’est comme s’il avait été touché par la grâce. Beaucoup de Bergman, beaucoup de Woody Allen (dont Bergman était l’un des modèles). La même trame que Kramer contre Kramer, des seconds rôles brillants en plus. Scarlett Johansson est bouleversante, Adam Driver est très convaincant. En fait, Marriage Story, c’est un peu le Scènes de la vie conjugale de 2019.
 
Marriage Story de Noah Baumbach
 
 

3. La Mule, de Clint Eastwood

 
Les films de Clint Eastwood sont toujours des événements pour moi. La Mule est à nouveau un très bon film où le réalisateur fait preuve de tout son talent. Ce vieux type devenu un peu malgré lui la mule d’un cartel de drogue mexicain est attachant et toujours juste. Vous connaissez beaucoup de road movies émouvants, vous ? Si vous doutez, vous devez voir La Mule.
 
La Mule de Clint Eastwood

LA CRITIQUE DU FILM

 
 

2. The Place, de Paolo Genovese

 
Difficile de vous vendre cet excellent film sans trop en dire, alors je serai brève. Un huis clos fantastique avec une galerie de personnages criants de vérité: tantôt lâches, tantôt salauds, tantôt faibles. Un gars mystérieux dialogue avec eux et leur fait d’étranges propositions. Au final, une anatomie des rapports humains et de notre responsabilité au monde.
 
Philosophique et passionnant.
 
The Place de Paolo Genovese

LA CRITIQUE DU FILM

 
 
 

1. Ma vie avec John F. Donovan, de Xavier Dolan

Je sais que je vais m’attirer les moqueries et peut-être les foudres de certains en mettant ce film de Dolan à la tête de mon top (sachant que j’ai trouvé Matthias et Maxime très mauvais.) Il faut dire que Ma vie avec John F. Donovan a franchement divisé à Toronto lors du festival et aux États-Unis à sa sortie. Le thème du film : il est difficile de comprendre un artiste quand on n’en est pas un.
 
Ma vie avec John F. Donovan de Xavier Dolan

LA CRITIQUE DU FILM

 

Et vous, quel est votre top 10 ? Dites-le en commentaire !
 

A lire aussi :

Top 10 : les meilleurs films de 2018

Aujourd’hui, je vais parler comme les vieux. L’année 2018 me donne le sentiment que le cinéma n’est plus ce qu’il était. J’ai été profondément déçue par les films sortis cette année. Vous aurez également remarqué que j’ai peu écrit en 2018, dû à cette chose étrange que l’on appelle le travail rémunéré.
 
J’ai vu pourtant pas mal de films, et je dois dire que beaucoup d’entre eux, pourtant salués par mes collègues blogueurs, m’ont laissée plutôt de marbre.
 
Comment faire mon top 10 quand pour la première fois, je n’ai pas mis de caméra d’or de l’année ?
 
Vous serez peut-être surpris par ce top. En réalité, je le suis moi-même.
 

10) Thunder Road, de Jim Cummings

 
Petit film indé qui ne paye pas de mine, Thunder Road raconte la vie d’un homme un peu paumé, bouleversé après le décès de sa mère. Rapport complexe avec sa fille et sa femme, difficultés dans son quotidien de flic, l’histoire de Jimmy Arnaud va vous faire rire avec mélancolie.
 

 

9) Whitney, de Kevin Macdonald

 
Agréablement surprise par ce biopic étonnant et détonnant qui retrace la carrière tumultueuse de Whitney Houston au temps de la folie psychédélique des années 80.

 

ARTICLE

 

8) Jusqu’à la garde, de Xavier Legrand

 
C’est le cinéma français qui pour moi tire son épingle du jeu en 2018. À commencer par ce drame familial traité de manière clinique, qui tombe doucement dans le thriller jusqu’à son final terrifiant. À ne pas manquer.

 

ARTICLE

 

7) A Star is born, de Bradley Cooper

 
Autre bonne surprise de l’année, ce remake très réussi d’Une Étoile est née, qui a l’intelligence de passer au rock. Qui aurait cru que je mettrais un jour dans mon top un film de Bradley Cooper avec Lady Gaga ? Bande originale formidable, dans tous les sens du terme.

 

6) Le Grand bain, de Gilles Lellouche

 
Qui a dit que le cinéma français ne savait pas faire de comédies sociales ? Dans la lignée du Full Monty, ce beau succès populaire montre une bande de quinquagénaires sur le retour, qui retrouvent un peu d’estime d’eux-mêmes grâce à… la natation synchronisée. Cocasse et réjouissant.

 

5) Blackkklansman, de Spike Lee

 
Spike Lee est de retour pour notre plus grand plaisir ! Dans cette comédie placée au coeur des années 70, un flic noir tente d’infiltrer le Ku Klux Klan. Le film est à la hauteur de ce pitch épatant, pourtant inspiré d’une histoire vraie.

 

4) Sans un bruit, de John Krasinski

 
Un film d’horreur muet, ça vous tente ? C’est le pari remporté par John Krasinski. Âmes sensibles s’abstenir.

 
 

3) La Révolution silencieuse, de Lars Kraume

 
Petit film allemand salué par les cinéphiles cette année, La Révolution silencieuse suit une classe de lycéens dans l’Allemagne d’après-guerre qui n’est pas encore libérée de la dictature. Émotions et intelligence garanties.

 
 

2) Les Chatouilles, d’Andréa Bescond et Eric Metayer

 
Film bouleversant sur un traumatisme d’enfance, Les Chatouilles parle de l’abus sur mineure avec délicatesse, au point de vous faire rire à des moments inattendus. Vous pleurerez aussi, mais de gratitude, face à tant de beauté et de justesse.

ARTICLE

1) Bandersnatch, de David Slade

 
Alors là, je sais que je vais me faire engueuler. À tous les cons qui disent que Netflix est un ennemi du cinéma, à tous les snobs qui établissent une hiérarchie entre cinéma et séries, je dis que Bandersnatch, qualifié de film par son auteur, est mon numéro un cette année. D’abord, Black Mirror est d’une intelligence rare. Surtout, le dispositif proposé par Netflix va changer la donne, je pense, sur la manière dont on perçoit la fiction aujourd’hui.

 

ARTICLE INTERACTIF


 
Et vous, quel est votre top 10 ? Dites-le en commentaire !
 

Ça peut vous plaire :

TOP 10 2017 : LES MEILLEURS FILMS DE L’ANNÉE

 

Entre la dinde et le champagne, je vous propose de revenir sur les meilleurs films de 2017, ceux qui m’ont marquée, qui ont marqué le blog, et m’ont rendue prolixe. Petit top 10 pour vous souhaiter de bonnes fêtes, au cinéma bien sûr !

 


10) Grave, de Julia Ducournau

Pour un premier film, quel coup de maître ! Julia Ducornau a épaté tout le monde avec son film sur le passage à l’âge adulte sur fond de cannibalisme.
Garance Marillier est la révélation du film, ainsi qu’Ella Rumpf, qui joue sa soeur.
9) Je ne suis pas votre nègre, de Raoul Peck
Vous connaissez Martin Luther King et Malcolm X, mais connaissez-vous James Baldwin ?
Je ne le connaissais pas non plus avant de voir l’excellent documentaire de Raoul Peck, directeur de la Fémis, intitulé Je ne suis pas votre nègre. L’un des grands films de l’année sur un poète engagé qui s’est battu pour le droit des Noirs.

 

8) Tunnel, de Kim Seong-hun


Chef-d’oeuvre claustrophobe, Tunnel vous plonge dans l’épreuve incroyable d’un homme coincé dans un tunnel pendant des semaines. A voir en salle, ou chez vous, dans le noir total.

7) Mother! de Darren Aronofsky
 
Le film d’Aronofsky a divisé à sa sortie la critique et le public. Pour moi, c’est un grand film métaphorique à plusieurs niveaux de lecture.



6) Carré 35, d’Eric Caravaca
Documentaire bouleversant sur l’absence, le deuil et le souvenir, Carré 35 est l’oeuvre d’Eric Caravaca, acteur devenu réalisateur, parti sur les traces de sa soeur disparue.

CHRONIQUE DU FILM

5) Au revoir là-haut, d’Albert Dupontel
Nahuel Perez Biscayart était la révélation de 120 Battements par minute, et connaît déjà la consécration dans Au-Revoir là-haut d’Albert Dupontel. Un soldat raconte l’histoire extraordinaire d’un jeune homme qui perdit son visage à la guerre, et trouva une nouvelle vie par l’art.

CHRONIQUE DU FILM


4) Visages Villages, d’Agnès Varda et JR
Balade sur les routes de France en compagnie d’Agnès Varda et JR, photos en noir et blanc pour personnages hauts en couleurs.

3) Hikari (Vers la lumière) de Naomi Kawase
Perle de Cannes, c’est l’histoire d’un photographe qui va vivre le drame de sa vie… perdre la vue. Réflexion sur le cinéma et l’art de raconter, Naomi Kawase nous enchante par le choix de ses acteurs et, justement, sa photographie.

2) Lion, de Garth Davis
Emue aux larmes par ce petit garçon qui prit le train un peu trop loin, je ne pouvais faire ce top 10 sans Lion qui, à mon sens, méritait l’Oscar.
1) Nocturnal Animals, de Tom Ford
Sorti en tout début d’année, Nocturnal Animals est resté mon coup de coeur de 2017 : maestria dans la réalisation, BO entêtante, acteurs au sommet. Nocturnal Animals conte l’histoire d’une femme qui reçoit un roman écrit par son ex-mari. Un roman qui parle d’elle, du couple, de rage et de vengeance.

Et vous, quel est votre top de l’année ?

LES 10 FILMS QU’ON POUVAIT ÉVITER EN 2016

On aime bien vous parler des bons films, sur Marla’s Movies. Mais on vous parle aussi de temps en temps des mauvais films, parce que c’est important, les mauvais films. Ça fait attendre les bons avec impatience, s’émerveiller devant une perle vue au hasard dans un petit cinéma de quartier, une réédition, un long-métrage coréen dont personne ne parle, un documentaire israélien qui joue dans une seule salle, le jeudi à 11 heures.
Oui, les mauvais films sont utiles et, pour vous faire gagner du temps, je vous ai fait une petite compilation pour l’année 2016.

10) Les Huit Salopards, de Quentin Tarantino


Première déception de l’année, ce Tarantino tente de masquer, grâce à la violence des images, un manque total de scénario.


ARTICLE COMPLET



9) Chair de Poule, de Rob Letterman


Bon, on se doutait que celui-là ne serait pas un chef-d’oeuvre. Mais ça valait une chronique tout de même, ne serait-ce que pour dénoncer le pillage des classiques d’horreur dont fait preuve ce teen movie spécial Halloween.

8) Alliés, de Robert Zemeckis


Vous aimez Brad Pitt ? Vous aimez Marion Cotillard ? Vous changerez peut-être d’avis après ce pseudo film d’espionnage, aussi haletant qu’un téléfilm de M6.

7) Le BGG, de Steven Spielberg


Très laide visuellement, cette adaptation de Roald Dahl donne envie de se replonger dans ses bouquins pour ne plus jamais, jamais en ressortir.

6) Personal Shopper, d’Olivier Assayas

Grosse croûte vendue comme un film mystérieux et subtil, le dernier Assayas a le défaut terrible de se prendre au sérieux, quand il frise le ridicule pendant deux heures.



5) Equals, de Drake Doremus




Bon, je n’ai rien contre Kristen Stewart, que j’avais trouvée splendide dans Sils Maria. Mais là, dans une dystopie ratée, avec un partenaire qui ose jouer là-dedans quand il était si bon dans Kill Your Friends, c’était trop pour moi.


4) Midnight Special, de Jeff Nichols

Ce film m’a paru si consternant que je n’ai pas réussi à la chroniquer. Ce qu’on nous a vendu comme le nouveau Spielberg était un navet impossible sur fond d’apocalypse sectaire. À fuir.

3) Friend Request, de Simon Verhoeven

Nanar pas tout à fait assumé, Friend Request vous explique pourquoi Facebook, c’est dangereux, et les nanas sapées en noir… aussi.
ARTICLE COMPLET



2) Deadpool, de Tim Miller
Misère.



1) Sausage Party, de Conrad Vernon et Greg Tiernan

La seule séance de cinéma où j’ai soufflé à mon voisin « Achevez-moi » pour que le cauchemar s’arrête.
ARTICLE COMPLET

Et vous, quel est votre top des flops cette année ? Dites-le en commentaire !

D’autres films qu’on pouvait ne pas voir en 2016 :

 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial