Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait.

Archive de l’étiquette

The Twilight Zone 2019 – The Comedian : analyse de l’épisode et explication de la fin (Spoilers)

3 out of 5 stars (3 / 5)
 
The Comedian est le premier épisode de La Quatrième dimension version 2019 proposée par Jordan Peele. Et il s’agit d’un pilote réussi. Enfin un épisode de série qui évoque le métier le plus casse-gueule au monde : comique de stand-up. Le vide est si facile à obtenir, les gens de talent ont tant de mal à percer, que le métier de comique est encore plus hasardeux que celui de comédien. 
 

The Comedian : une vie de chien

 
Samir essaie de faire rire sans y parvenir. Il lui arrive la pire des choses sur scène : le bide intégral. De ces moments dans les salles de théâtre où l’on entend un vague spectateur tousser, quelques verres tinter, rien de plus.
 
Kumail Nanjiani (Samir) dans l'épisode The Comedian, pilote de La Quatrième dimension (Jordan Peele, 2019)

Kumail Nanjiani (Samir) dans l’épisode The Comedian, pilote de The Twilight Zone (Jordan Peele, 2019)

 
Il faut dire que Samir tente de faire rire avec le deuxième amendement américain, celui sur les armes. A priori, ça n’a rien de drôle, et il n’arrive pas, à l’instar de Bill Maher a la télévision ou Janeane Garofalo sur scène, à proposer des analyses politiques au vitriol qui fassent rire le public.
 

Faites un voeu

 
 
Après son bide sur scène, moment désagréable s’il en est, Samir rencontre Tracy Morgan, comique réputé qui lui donne des conseils. Pour la petite histoire, Tracy Morgan, ancien du Saturday Night Live, joue ici son propre rôle, version diabolique.
 
Tracy Morgan dans The Comedian quatrième dimension twilight zone

Tracy Morgan dans The Comedian

 
Jordan Peele reprend ici un trope typique de La Quatrième dimension
 
Be careful what you wish for
 
Attention aux souhaits que tu formules, ils pourraient devenir réalité.
 
Comme dans Man in the Bottle, épisode de la série originale de La Quatrième dimension (1960) où un mauvais génie exauce les souhaits d’un couple pour leur malheur, Tracy Morgan aide Samir à devenir drôle. Avec des conséquences dramatiques.
 
le mauvais génie de The Man in the Bottle (La Quatrième dimension de Rod Serling, 1960)

Le mauvais génie de The Man in the Bottle (La Quatrième dimension de Rod Serling, 1960)

 
 
Samir trinque donc avec Tracy Morgan, et c’est son public qui trinquera ensuite. Et puis son entourage.
 

La rançon du succès (Attention Spoilers)

 
Le secret du succès, lui dit Tracy Morgan, est de parler de soi. Ou en tout cas de choses personnelles.
 
Après un énième flop suite à son sketch sur le deuxième amendement, Samir décide de parler de son chien. La salle est hilare, c’est son premier succès.
 
Une fois chez lui, il se rend compte sur son chien a disparu. Pire, sa compagne ne se rappelle même pas avoir eu un chien.
 
Le lendemain soir, Samir colle des affiches pour retrouver son chien perdu en compagnie de son neveu, charmant garçon espiègle de 12 ans.
 
C’est son neveu qui l’inspire sur scène le second soir. La salle rit aux éclats. Quel soulagement.
 
Cependant, le lendemain, c’est son neveu qui a disparu, effacé lui aussi de la réalité.
 
 

Clin d’oeil à Orwell ?

 
Oui, car parler des êtres sur scène, ce n’est pas seulement les tuer, mais bien les effacer de la carte, comme s’ils n’étaient jamais nés.
 
The Comedian, reprend à son compte la vaporisation d’Orwell dans 1984. Dans le roman, le gouvernement se débarrassait des gêneurs en affirmant qu’ils n’avaient jamais existé. Ainsi, des articles étaient falsifiés et des photos tronquées pour faire entièrement disparaître la réalité d’une personne.
 
C’est ce qui se produit avec les sketches de Samir dans The Twilight Zone. 
 

Avec mon death note à la main, j’ai peur de rien

 
Beaucoup de fans de mangas reconnaîtront également la logique de l’excellente série Death Note. Dans cette fiction, un jeune homme trouve par hasard un carnet de la mort – death note – où il suffit d’écrire le nom d’une personne et de penser à son visage pour qu’elle décède dans les 40 secondes.
 
death note
 
Samir, comme Raito dans Death Note, se fait ainsi justicier pour le pire. Par vengeance, il parle sur scène des idiots qu’il a croisés à l’adolescence, de spectateurs difficiles ou d’inconnus peu aimables.
 
Fatalement, l’étau se resserre, et Samir à de plus en plus de mal à trouver des sujets de sketch.
 

Coucou Black Mirror !

 
Un peu à la manière de Black Mirror, il finit par s’attaquer à son public et leur lance 
 
You need fresh Blood.
 
Il vous faut du sang frais.
 
Et voilà que c’est le public du comedy club qui se retrouve sur le banc des accusés. Encore une fois, c’est la difficulté du métier de comique que Jordan Peele met en lumière. Pour faire rire, il faut du neuf. On ne rit pas à une blague que l’on a déjà entendue.
 

Mourir sur scène 

 
L’étau se resserre tant pour Samir qu’il arrive à court d’idées. Quand sa compagne brandit le carnet où il a noté tous les noms prononcés sur scène – véritable death note – elle est la seule à l’avoir percé à jour. Elle ne rit pas à son sketch, qui n’est plus qu’une série de noms.
 
La tentation est grande de parler de sa compagne et ainsi s’en débarrasser. Tout comme Samir s’est débarrassé de son mentor, transformant ainsi sa partenaire avocate en employée de Fast food.
 
C’est aussi bien pratique de faire disparaître une autre comique, sa concurrente, Didi Scott.
 
didi et samir twilight zone the comedian quatrième dimension

DiDi Scott (Diarra Kilpatrick) et Samir dans The Comedian

 
Jordan Peele nous révèle ainsi comment une existence peut changer du tout au tout pourvu que l’on ne fasse pas la bonne rencontre. Il offre aussi une réflexion sur ce qu’un homme est prêt à faire afin de devenir célèbre et le rester. Vaut-il mieux, en somme, être populaire en perdant ceux que l’on aime, ou rester un comique raté mais au moins profiter de la vie avec les êtres aimés ?
 
Hélas, Jordan Peele ne peut s’empêcher de donner une morale à son épisode. Samir, sur scène, plutôt que de sacrifier sa compagne sur l’autel du rire, se sacrifie lui-même. Son mea culpa fait rire toute la salle, y compris sa partenaire. Lui-même disparaît de la scène à la fin du spectacle, effaçant sa propre existence.
 
On retrouve sa compagne et son neveu à la fin de l’épisode, qui vivent très bien sans lui et viennent admirer Didi Scott.
 

Salut Kubrick !

 
En guise de coda, Jordan Peele filme un mur du comedy club où l’on aperçoit le visage de Samir parmi des dizaines d’autres, peut-être toutes les victimes de ce pouvoir diabolique.
 
Le mur maudit de La Quatrième dimension

Le mur maudit de The Comedian

 
Ce plan n’est pas sans rappeler Shining de Kubrick, où l’on aperçoit sur une photo ancienne le protagoniste, comme prisonnier du temps à la fin du film.
 
La photo glaçante de Shining de Stanley Kubrick (1981)

La photo glaçante de Shining de Stanley Kubrick (1980)

 

Un pilote prometteur

 
Dans la dernière scène de The Comedian, c’est sa concurrente, sur la route du succès, qui trinque avec Tracy Morgan. On devine alors que tout va recommencer, dans un final typique de La Quatrième dimension.
 
The Comedian propose une réflexion sur l’artiste qui, si elle ne vaut pas l’excellent Mother d’Aronofsky, a au moins le mérite d’être bien menée. Ce pilote de The Twilight Zone cuvée 2019 rafraîchit le thème de l’égoïste qui s’amende, en rendant hommage à ceux qui tentent de faire rire avec plus ou moins de succès.
 
Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !
 
À lire aussi
 
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial