Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait.

Archive de l’étiquette

Glass, de M. Night Shyamalan : analyse du film et explication de la fin (Spoilers)

3 out of 5 stars (3 / 5)

Itinéraire d’une fan con

 

Je suis allée voir Glass de M. Night Shyamalan alors que je n’avais pas aimé Split, un peu comme ceux qui ont détesté Jar Jar Binks dans La Menace fantôme mais sont quand même allés voir les Star Wars suivants.

 

jar jar binks c'est le mal meme

 

Voyez-vous, je suis une fan con. De ces fans qui continuent d’aller voir les films d’un réalisateur qui les a déçus pendant longtemps. En ce qui concerne Woody Allen, par exemple, je me trompe depuis longtemps. Cela fait des années que je n’aime plus les films qu’il propose.

Et puis il y a M. Night Shyamalan. Sixième Sens et Incassable m’avaient exaltée. Le Village m’avait convaincue, mais sans être la claque des deux films précédents. The Visit, sorti en 2015, m’a presque convaincue de lâcher l’affaire.

Mais je suis une fan con. Je connais très bien Incassable et, toujours comme les fans de Star Wars : je veux savoir la suite.


Glass : une bonne surprise

J’ai bien fait de laisser une nouvelle chance à Shyamalan : on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise.

Le pitch est simple pour qui connaît la trame des deux premiers films : on retrouve les trois héros – dont deux méchants – dans ce troisième volet.

 

Elijah Price (Samuel L. Jackson) Kevin Wendell Crumb (James McAvoy) et David Dunn (Bruce Willis)

Elijah Price (Samuel L. Jackson), Kevin Wendell Crumb (James McAvoy) et David Dunn (Bruce Willis) dans Glass (2019) de M.Night Shyamalan

 

David Dunn (Bruce Willis), protagoniste d’Incassable, vit maintenant seul avec son fils Joseph. Elijah (Samuel L. Jackson) – alias Mister Glass – est resté là où on l’a laissé à la fin du premier film : à l’hôpital psychiatrique, dans la section réservée aux criminels. Quant à Kevin, le schizophrène mi-homme mi-bête de Split, il s’amuse toujours à séquestrer et à tuer les jeunes filles. David Dunn, super-héros du côté du bien, se lance à sa poursuite et participe à son arrestation.


Je ne suis pas un héros ?

Hélas, les temps sont durs pour les super-héros. De la même manière que les super-héros dans Les Indestructibles 2 deviennent personae non gratae, la « raison » a pris le pas sur l’imaginaire dans Glass. Les trois héros se retrouvent donc enfermés dans le même hôpital psychiatrique. Ils sont confiés aux bons soins d’une psy (Sarah Paulson). Elle s’est spécialisée sur un trouble peu commun : les gens qui se prennent pour des super-héros.

Et voilà qu’avec de la finesse (oui oui), Shyamalan nous montre comment les trois personnages vont douter d’eux-mêmes face à cette psy un peu particulière. Quand le traumatisme d’enfance est généralement montré avec lourdeur dans les films du genre, il prend ici une dimension nouvelle. C’est la blessure qui aurait généré, chez les trois personnages, un trouble de la personnalité. Le spectateur lui-même se met à douter de la vraisemblance des super-héros, dans une fiction qui, jusque-là, avait tout fait pour qu’il y croie dur comme fer.


Incassable : la scène oubliée

Et voilà que l’on découvre en images le fameux accident de David dans son enfance, quand il a failli se noyer dans une piscine. Quant à Kevin, c’est sa mère infernale que l’on découvre lors d’un flash-back. Il y a également une « fausse » découverte concernant le personnage d’Elijah. En effet, la scène de fête foraine que nous voyons dans Glass reprend une scène tournée pour Incassable, mais coupée au montage (à 6:35 dans cette vidéo).

 

 

C’était une scène magnifique, que Shyamalan était navré de ne pas avoir pu garder. Il expliquait, dans les bonus DVD, à quel point il était frustrant – mais fréquent – de tourner une scène splendide qui en dit un peu plus sur la psychologie d’un personnage, de se donner un mal fou avec des centaines de figurants… Et que ce soit justement cette scène que l’on coupe.


Glass : la grande évasion (Attention Spoilers à partir d’ici)

Avant d’être un homme de verre, Elijah était un petit garçon de verre, d’où le surnom qu’on lui donnait dans l’enfance, moquerie terrible : Mister Glass. Il en fera un nom de super méchant.

Elijah, David et Kevin ne sont pas seuls : ils sont épaulés chacun par un proche. Le fils de David, devenu grand, aide son père. Casey secourt Kevin. En effet, il a finalement épargné la jeune fille. La mère d’Elijah, continue de le surveiller.

Elijah décide d’organiser une évasion de l’hôpital psychiatrique pour David, Kevin et lui-même.

Il incitera David à user de sa force surhumaine et Kevin à faire ressortir les personnalités qui l’arrangent, tout cela au nez et à la barbe de la psy et du personnel de l’hôpital.


Main basse sur l’imaginaire

Elijah échappe, au cœur du film, à une opération qui s’apparente à une lobotomie, qui lui ferait oublier sa conviction d’être différent des autres, et peut-être supérieur. Ce n’est pas nouveau, en fiction, que le pouvoir en place – ici représenté par les psy – veuille imposer aux individus une ablation de l’imagination. Le premier à y avoir pensé était Eugène Zamiatine dans Nous Autres. Il s’agit d’une dystopie où le bonheur pose problème. Afin que tous les habitants de l’État unique voient les choses de façon uniforme, le gouvernement organise une opération générale des citoyens afin que l’imaginaire soit supprimé.

 

 

Si vous avez vu la suite du Magicien d’Oz de Disney dans les années 80, Dorothy échappait de justesse aux électrochocs. De méchants médecins voulaient ainsi lui faire oublier le pays d’Oz.

 

Incassable, Split et Glass : une « histoire des origines » (Origins story)

Dans Glass, Elijah échappe à l’opération. Il promet à ses comparses une bataille sur le plus haut immeuble de la ville, où tous à la fois révéleraient leurs pouvoirs devant la population.

La dernière partie du film peut paraître anti-climatique. On ne verra pas de super bataille comme on aurait pu l’attendre dans un blockbuster habituel (budget oblige, peut-être : Shyamalan a financé lui-même son film.)

Elijah, qui avait tout prévu (c’est la moindre des choses pour un cerveau du mal) parle de manière assez énigmatique d’une « histoire des origines  » (Origins Story). Nous avons donc suivi David, Kevin et Elijah dans le seul but de raconter une autre histoire plus importante : celle de nouveaux héros.

Dans un clin d’œil méta, Elijah dit :

Les trois héros sont réunis.

Le plan suivant montre Joseph, le fils de David, Casey et la mère d’Elijah. 

Joseph (Spencer Treat Clark) Casey (Anya Taylor-Joy) et la mère d'Elijah, Mrs Price (Charlayne Woodard) dans Glass de M. Night Shyamalan

Joseph (Spencer Treat Clark), Casey (Anya Taylor-Joy) et la mère d’Elijah, Mrs Price (Charlayne Woodard) dans Glass de M. Night Shyamalan

 

Le dernier plan du film montrera à nouveau ces personnages se tenant la main après avoir perdu leurs proches. On aurait donc vu avec les trois films seulement le point de départ de ces héros insoupçonnés. Shyamalan va-t-il proposer une deuxième trilogie, où Joseph, Casey et la mère d’Elijah se découvriraient des pouvoirs surnaturels ? C’est ce que semble suggérer la fin de Glass.


Mister Glass, auteur de BD

Dans ce délire méta, Mister Glass se pose en auteur de BD : c’est lui qui a créé les deux super-héros que nous connaissons. Il a repéré David parce qu’il avait survécu miraculeusement à un accident de train qui avait coûté la vie à tous les autres passagers. La fin de Glass révèle qu’il a également « créé » Kevin. En effet, Kevin, petit garçon, perdait son père dans ce même accident.

Par sa cruauté meurtrière, Glass cherchait en réalité des super-héros à combattre ou avec qui s’allier : si lui est le méchant intelligent, il lui faut un gentil à provoquer en duel. Il faut également, comme dans les BD traditionnels, un méchant tout court, qui ne soit pas le cerveau de l’affaire mais un homme de main redoutable : ce sera le rôle de Kevin. 


Qui sont les vrais méchants de Glass ?

Il existe une méchante dans Glass que je n’ai pas vraiment évoquée. Il s’agit de la psy.

 

Dr. Ellie Staple (Sarah Paulson) est la psychiatre des super-héros dans Glass

Dr. Ellie Staple (Sarah Paulson) est la psychiatre des super-héros dans Glass

Quand Ellie Staple touche la main de David avant son décès, elle révèle qu’elle s’est alliée à des hommes influents pour étouffer l’affaire des super-héros, en faisant croire au monde entier qu’ils n’existaient pas.

Mister Glass est en quelque sorte réhabilité dans cette fin : il cherchait à prouver que les super-héros étaient parmi nous – ils le sont. D’un point de vue plus métaphysique, Elijah a également trouvé sa place, qu’il cherchait dès Incassable.

Le voilà enfin, le méchant nuancé qu’on attendait ! Elijah Price est un cinglé qui a tué des dizaines de personnes, oui, mais il combattait dans le même temps des méchants plus discrets, qui tentaient d’effacer les super-héros des esprits.

L’ultime twist est que le « méchant » Glass a gagné : l’hôpital était truffé de caméras, qui ont tout enregistré des exploits des trois héros. Or, Glass a transféré ces vidéos sur un site privé. Il a envoyé les fichiers à sa mère. Il suffisait alors à Joseph d’envoyer ces vidéos sur le web. Le monde entier est ainsi mis au courant que les super-héros sont réels.


Avec Glass, Shyamalan revient en grande forme 

Dans ce film aux antipodes des clichés habituels, Shyamalan revient en grande forme, et ça fait plaisir. Même si je trouve toujours que Split s’intègre mal à cette trilogie, ce troisième volet me redonne espoir. On pourrait le voir comme une métaphore réussie de la crise de la cinquantaine : qui suis-je au juste ? Qu’ai-je accompli véritablement dans mon existence ?

Allez voir Glass, n’hésitez pas à regarder les deux autres volets, avant et / ou après le film en salle.

Espérons que la suite suggérée ne donne pas naissance, justement, à des blockbusters malvenus. Des films où Joseph serait un super-héros sympa, Casey la jolie fille à ses côtés, pleine de compassion, et la mère d’Elijah en nouvelle méchante (ou gentille) caricaturale.

Je compte sur Shyamalan pour ne pas trahir son idée d’origine.

 

Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !

 

À lire aussi :

 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial