Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

Pourquoi l’épisode de Black Mirror s’appelle Bandersnatch ?

Le titre Bandersnatch fait référence à un personnage du deuxième volume des aventures d’Alice par Lewis Carroll : De l’autre côté du miroir.

Chez Burton, ça donne ça :

Le Bandersnatch façon Burton

Le Bandersnatch façon Burton

Bon, je vous l’ai mal vendu.

Disons que Bandersnatch est truffé de références à Alice, petite fille rêveuse qui suit le Lapin Blanc par curiosité. Si vous décidez que Stefan suivra Colin au lieu d’aller voir sa psy, Colin lui dira, sur son état psychologique : « C’est comme d’être dans un trou. » En suivant Colin, Stefan suit en quelque sorte son propre Lapin Blanc : il lui ouvrira la porte du pays des merveilles grâce au LSD. Hum.

Si vous vous souvenez du film Matrix, Neo suit lui aussi un Lapin Blanc, tatoué sur le bras d’une punk.

 

 

Neo, comme Stefan, décidera de prendre une petite pilule qui lui fera voir les choses autrement.

Cependant, toutes les pilules ne sont pas libératrices. Si vous incitez Colin à prendre ses médicaments, cela tue sa créativité, et son jeu vidéo en devient tout pourri.

Alice au pays sombre

Les jolies choses magiques d’Alice sont aussi beaucoup plus sombres dans Bandersnatch. Les gâteaux, par exemple.

 

 

Si les cookies chez Lewis Carroll (et Disney) invitent Alice à voir les choses autrement, ceux de Bandersnatch provoquent de terribles hallucinations, et donnent le rôle du méchant au père de Stefan. En effet, dans l’une des fins possibles, il semble empoisonner un gâteau avant de l’offrir à son fils, ce qui renforce le sentiment paranoïaque à son égard.

 

Gâteau dans Bandersnatch

 

Voilà pourquoi il vaut mieux, plutôt que de rester avec un père grisâtre, suivre les personnages plus hauts en couleurs. Au sens littéral. Stefan croise par exemple la compagne de Colin, Kitty.

Kitty dans Bandersnatch

C’est peut-être moi, mais…

D’accord, d’accord, je suis obsédée par Burton. Et par Alice au pays des merveilles. Mais il faut dire que Stefan traverse le miroir au sens propre, quand il rêve.

Un truc de fou.

 

Avatar
Marla

Ancienne prof de cinéma en fac, je partage sur Marla's Movies mes analyses de films depuis 2014. Je sais parler de Shakespeare et de Harry Potter dans la même conversation. Je pleure devant les vieux films français et les animations Pixar. Venez discuter cinéma et séries, je vous aime d'avance.

Laisser un commentaire

shares
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial