Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

Minuscule 2 : un amour de coccinelle

(4 / 5)
 
Par Pic-Nic la fourmi
 
Aujourd’hui, c’est moi qui vous parle cinéma, avec Minuscule 2. Je suis une fourmi et je m’appelle Pic-Nic.
 
Vous n’imaginez pas combien c’est dur, une vie de fourmi. Oh, je ne suis pas comme cette fourmi dépressive doublée par Woody Allen, mais quand même.
 
Z dans Fourmiz, d'Eric Darnell et Tim Johnson (1998)

Z dans Fourmiz, d’Eric Darnell et Tim Johnson (1998)

 

Une vie de fourmi

 
Être fourmi, ce n’est pas de la tarte tous les jours, au sens littéral. Je peux porter 1000 fois mon poids, alors une part de tarte aux cerises, il suffit de quelques potes et c’est tout à fait jouable. Encore faut-il qu’il y ait quelques négligents parmi les humains, qui tournent le dos suffisamment longtemps pour que je puisse faire mes courses.
 
 
Dans un film de Disney, Merlin l’Enchanteur, le grand sorcier explique qu’une vie d’écureuil est très compliquée et toujours dangereuse. C’est sans doute vrai à l’échelle de ce grand vieillard plein de ressources.
 
L'écureuil femelle dans Merlin l'Enchanteur, des studios Disney (1963)

L’écureuil femelle dans Merlin l’enchanteur, des studios Disney (1963)

 
Mais c’est sûr, il n’a jamais été une fourmi. Si on fait le compte, c’est rare, les films qui s’intéressent à nous. Il y a bien eu un essai par des humains plein de bonnes intentions, il y a plus de 20 ans déjà.
 

 
Et puis côté animation, il y a eu Minuscule : la vallée des fourmis perdues, créé en 2014 par deux Français, Hélène Giraud et Thomas Szabo.
 
Aujourd’hui, je me suis glissée dans une salle de cinéma. Il faut dire que c’est facile, je passe partout. Les ouvreuses n’ont rien vu. Je me suis assise confortablement sur l’épaule de Marla et je me suis laissée emporter par Minuscule 2 : les mandibules du bout du monde.
 
C’est drôle à prononcer, « les mandibules du bout du monde ». Marla dit que c’est une allitération poétique. La poésie, les réalisateurs de Minuscule connaissent bien.
 

La coccinelle revient

 
Dans Minuscule 2, on suit une charmante coccinelle et ses amis jusqu’en Guadeloupe, pays chaud où il fait bon vivre pour un insecte. Ce qui frappe d’abord, c’est la beauté visuelle de l’ensemble. Je peux vous le dire, le gigantisme des humains est très bien rendu.
 
Robert Zemeckis, réalisateur de Roger Rabbit, doit absolument voir Minuscule 2 : s’il a réalisé une prouesse il y a tout juste 30 ans avec un mélange d’animation et d’acteurs en live action, il serait épaté par ce que ces deux Français ont accompli. Ils ont obtenu une fluidité remarquable dans les images et les paysages. On croirait pour de vrai que des insectes animés viennent contrecarrer les plans des hommes. 
 

Un pamphlet écologique

 
Oui, car comme le premier opus, Minuscule 2 propose un pamphlet écologique convaincant. Le film explique aux petits et grands l’impact sur la nature des décisions humaines, comme de couper les arbres ou de construire un complexe hôtelier sur une plage qui n’avait rien demandé.
 
Les aventures de la coccinelle sont trépidantes. Si l’homme est un loup pour l’homme, c’est la loi du plus fort qui règne chez les insectes. Mantes religieuses, araignées en tout genre, on n’est jamais tranquille si l’on est tout petit.
 
La coccinelle de Minuscule 2 face à une mante religieuse

La coccinelle de Minuscule 2 face à une mante religieuse

 

Place à l’action !

 
Sans un mot, comme le merveilleux Shaun le mouton sorti en 2014, Minuscule 2 parvient à vous raconter une histoire fabuleuse, parsemée de scènes d’action. Eh oui, les courses-poursuites ne concernent pas seulement les voitures dans les blockbusters pour ados. La nature en est truffée.
 
Minuscule 2 vous fera réfléchir à deux fois quand vous aurez envie d’écraser une fourmi ou un insecte qui ne vous voudra pas forcément de mal en vous tournant autour.
 
Je ne vous raconterai pas ce qui mène cette charmante coccinelle en Guadeloupe, ni comment elle triomphe de tous les dangers. Il faut le voir pour le croire.
 
Alors, allez voir. 
 
Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !
 
À lire aussi : 
 
Marla

Ancienne prof de cinéma en fac, je partage sur Marla's Movies mes analyses de films depuis 2014. Je sais parler de Shakespeare et de Harry Potter dans la même conversation. Je pleure devant les vieux films français et les animations Pixar. Venez discuter cinéma et séries, je vous aime d'avance.

Laisser un commentaire

shares
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial