Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

MÉMOIRES DE JEUNESSE: VERA S’EN VA-T-EN GUERRE

La bande-annonce de Mémoires de jeunesse nous vend une histoire façon roman
victorien, d’une femme qui se rêve écrivain et se dresse contre les
préjugés de son temps, avec, en toile de fond, la guerre de 14.

Une chronique fine de la Première Guerre Mondiale

Il n’en est rien dans Mémoires de jeunesse.
Vera Brittain s’est engagée dans tous les sens du terme. Si elle a
affronté un père conservateur pour pouvoir entrer à Oxford, elle
quitte assez vite l’université au début de la guerre pour devenir
infirmière au front.
Tous les hommes de sa vie sont devenus soldats:
son frère, son fiancé et son meilleur ami. Ils partent la joie au
cœur, comme ce fut le cas pour les jeunes gens de l’époque qui
croyaient en une guerre courte et facile à remporter.

Kit Harrington et Alicia Vikander dans Mémoires de jeunesse, de James Kent (2015) jon snow game of thrones
Kit Harrington et Alicia Vikander dans Mémoires de jeunesse, de James Kent (2015)

Mémoires de jeunesse est une fine chronique
de l’époque, sans jamais être didactique ni
moralisateur.
Dès la première scène, James Kent nous plonge,
dans tous les sens du terme, dans un tableau : il établit vite
un lien entre l’art et le réel. On s’attend à une jolie histoire
méta-littéraire qui nous ferait témoigner de la naissance d’un
écrivain. On aurait pu croire que Vera Brittain prendrait le chemin de Sartre: combattre par la plume et non sur le champ de bataille.

Ceci n’est pas un film de guerre

Vera Brittain ne supporte pas que les hommes se
battent tandis qu’elle reste sagement à Oxford. Plutôt que de la
voir écrire et se poser la question de l’écriture pour une femme de
sa condition, Vera s’engage au combat. Mémoires de jeunesse
n’est cependant pas un film de guerre. Les scènes de champ de
bataille sont très peu nombreuses, et magnifiquement filmées, dans
des ralentis dignes des grands réalisateurs. James Kent nous montre
surtout, avec esthétisme, les horreurs de la guerre. Le plan où
Vera se retrouve cernée de cadavres de soldats en dit long sur la
boucherie de 14.
Foncièrement antimilitariste, Mémoires de
jeunesse
nous raconte comment cette infirmière est devenue un
écrivain pacifiste. Elle a en effet écrit ses « Mémoires de
jeunesse » en hommage aux victimes de la guerre. Le titre
anglais, Testament of Youth, est révélateur. Il est
étonnant de parler de « testament de jeunesse. » Vera
était encore jeune à la fin de la guerre mais avait déjà beaucoup
vécu.

Alicia
Vikander
est remarquable dans le rôle. Si vous l’avez aimée
dans Royal Affair, aux côtés de Mads Mikkelsen, vous
l’aimerez dans Mémoires de jeunesse auprès de Kit Harrington
(Jon Snow dans Game of Thrones) qui incarne son fiancé.

Un grand film antimilitariste

Le film de James Kent évoque les meilleurs
pamphlets antimilitaristes au cinéma, notamment Johnny s’en va-t-en
guerre, de Daniel Trumbo. Le film parlait déjà
de la première Guerre Mondiale mais, parce qu’il est sorti en 1971, il est apparu comme un brûlot contre le conflit au Vietnam.
Il est rafraîchissant de voir un tel thème traité
à travers les yeux d’une femme. La scène où Vera soigne un soldat
allemand contient toute la philosophie du film : toutes les
guerres se ressemblent, tous les jeunes hommes tombés au front
aussi.

Great Brittain

Vera est finalement traitée en soldat dans la
deuxième moitié du film. Ses collègues infirmières l’appellent
par son patronyme, « Brittain », comme pour les
militaires. Brittain désigne la Grande-Bretagne, et chaque fois que
l’on prononce son nom, on rappelle au spectateur le rôle du pays
dans la Première Guerre Mondiale, comme si le personnage avait la
force d’une allégorie. Vera en guerre, c’est toute la
Grande-Bretagne au combat.
Mémoires de jeunesse donne envie d’en savoir plus
sur Vera Brittain, et de lire son roman, qui est resté l’un des plus
beaux pamphlets antimilitaristes jamais écrits.

Vera Brittain, infirmière au front en 1914-1918
Vera Brittain, infirmière au front en 1914-1918

D’accord, pas d’accord avec l’article ? Dites-le en commentaire !

Ça peut vous plaire:


      

Avatar
Marla

Ancienne prof de cinéma en fac, je partage sur Marla's Movies mes analyses de films depuis 2014. Je sais parler de Shakespeare et de Harry Potter dans la même conversation. Je pleure devant les vieux films français et les animations Pixar. Venez discuter cinéma et séries, je vous aime d'avance.

Laisser un commentaire

shares
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial