Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

Les auto-références de Black Mirror dans Bandersnatch

Black Mirror adore l’auto-référence, petits clins d’oeil adressés aux fans et publicité bien amenée pour les épisodes que vous n’auriez pas encore vus. Bandersnatch ne fait pas exception.

On se souvient d’avoir entendu la chanson d’Abi, de l’épisode « 15 Million Merits », dans l’épisode « White Christmas ».

 

 

On se souvient aussi de « Black Museum », épisode-somme de la saison 4, qui reprenait lui aussi des éléments des épisodes précédents. Notamment la torture du personnage de « White Bear. »

Eh bien, « White Bear » revient dans Bandersnatch.

 

 

White Bear à l’honneur

Dans « White Bear », ce symbole apparaissait à une suppliciée dans un parc un peu particulier. Il s’agissait d’un parc d’attractions où les visiteurs venaient voir une criminelle torturée en direct. Le symbole en soi n’est pas vraiment expliqué : il s’agit juste du tatouage de son compagnon. Dans cet épisode où les visiteurs ne regardent le réel que par le truchement de leur téléphone ou de leur écran d’ordinateur, je vois dans ce symbole une sorte de clé USB terrifiante, nous rappelant que nous sommes constamment connectés, branchés à quelque chose. À bien y regarder, le symbole est assez proche de l’icône de partage que nous connaissons tous.

 

 

La folie créatrice 

 

Dans Bandersnatch, le symbole est beaucoup plus prosaïque. Les choix que vous faites lors de l’épisode ont été pensés d’avance par Charlie Brooker, scénariste de Black Mirror.

Ces choix sont représentés par les branches du symbole. L’auteur d’un livre dont vous êtes le héros, et Stefan qui créé son jeu vidéo sur ce modèle, partent d’un point de départ, une base, une introduction, et lui donnent des branches possibles. ils créent ainsi l’arbre de leur histoire.

Moi-même qui ai choisi cette structure pour mon article, j’ai procédé ainsi :

 

Bah, c’est pas pour vous rendre parano, mais…

 

 

Le symbole qui est la source de la folie de Stefan et de sa créativité n’est autre que celui permettant la construction du jeu et de ses multiples chemins.

Les autres références

Pour la petite histoire, Les jeux vidéo de Colin font aussi référence à « Nosedive » et « Metalhead », deux épisodes des saisons précédentes. L’hôpital où se rend Colin s’appelle le San Juniper’s (référence à San Junipero) et sa psy se nomme R. Haynes. Or, Rolo Haynes était le gardien du fameux musée du crime et de l’horreur, Black Museum.

Si vous regardez attentivement le flash d’information à la toute fin, vous verrez que le bandeau en bas de l’écran fait référence au premier ministre britannique forcé de se taper un cochon dans le pilote de Black Mirror.

Référence, enfin, à Netflix, quand Pearl, fille de Colin, une fois grande, propose sa version du jeu vidéo de Stefan sur une certaine « plateforme en ligne. »

 

Avatar
Marla

Ancienne prof de cinéma en fac, je partage sur Marla's Movies mes analyses de films depuis 2014. Je sais parler de Shakespeare et de Harry Potter dans la même conversation. Je pleure devant les vieux films français et les animations Pixar. Venez discuter cinéma et séries, je vous aime d'avance.

Laisser un commentaire

shares
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial