Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

LEGEND, AVEC TOM HARDY: MON MEC EST UN GANGSTER

London confidential

Brian Helgeland est le scénariste de L.A. Confidential et de Mystic River ? Eh bien le voilà à la réalisation de Legend.
La photo rappelle celle des films de Clint Eastwood. Le chef-opérateur, c’est Dick Pope, déjà aux commandes de la phoyo de L’Illusionniste, sorti en 2006. Côté scénario, cela ne vaut pas le chef-d’oeuvre inclassable de Curtis Hanson.

L.A. Confidential était riche, complexe, la photo et la BO des années 50 et la pléiade d’acteurs ont fait entrer le film dans le cercle des meilleurs polars.
Legend, s’il n’est pas aussi brillant que le film de 1997, a une seule idée originale, mais judicieuse: parler gangsters grâce au point de vue de la femme.
Vous connaissez beaucoup de gangsters féminins, vous ?
Il y a Bonnie, bien sûr, mais Clyde n’est jamais loin.
Et puis il y a Thelma et Louise.
En 2012 est sorti Foxfire, de Laurent Cantet.
Soyons francs. Quand on pense « film de gangsters » on pense au Parrain, aux Affranchis, à L’Impasse. Chaque fois, les visages masculins se bousculent: de Niro, Pacino, Joe Pesci.
Les femmes dans ces classiques se retrouvent toujours au second plan. Souvent, elles ne se doutent de rien et disent que leur mari est « dans les affaires. » La femme, c’est celle qui est menacée de mort par l’ennemi du mafieux dans une scène d’intimidation.
Oui, les femmes dans les films de gangsters sont un peu comme celle de Columbo: on en parle souvent, sans jamais les voir à l’image.

Un gangster raconté par sa femme

Dans Legend, c’est la femme qui raconte, et mine de rien, ça change la donne.
Frances Shea a épousé Reggie Kray, et tente, comme beaucoup d’épouses avant elle, de changer son homme.
Reggie Kray a un frère jumeau, Ronald, qui doit faire attention à bien prendre ses médicaments.
Les frères Kray ont semé la terreur dans le Londres des années 60. On s’intéresse moins à leurs magouilles, cependant, qu’au combat de Frances pour mettre fin au cercle vicieux de la violence.
Tom Hardy est très bon dans ce double rôle. Emily Browning et son regard cristallin possèdent un charme certain.

Un scénario décevant

Mais allez savoir pourquoi, il manque quelque chose. Le scénario demeure un peu maigre pour un polar, l’esthétique est splendide mais l’ensemble manque de rythme. La surprise finale est intéressante mais n’est pas traitée avec l’ampleur qu’elle mérite.
Brian Helgeland a voulu faire primer la sphère intime et psychologique des frères Kray plutôt que leurs affaires douteuses: résultat, un manque de suspense patent, mais si tous les acteurs sont au cordeau. Dommage, le dilemme de Reggie de devoir choisir entre son frère et son aimée aurait mérité plus de tension pour être vraiment au cœur du film. On nous survend un peu Legend (sur Allociné entre autres.) Il vaut le coup d’être vu, mais ne vaut pas tant de louanges. On apprend finalement assez peu de ce qu’ont vraiment accompli les frères Kray dans la sphère du crime.
Il est étonnant que Helgeland, scénariste des excellents L.A. Confidential et Mystic River, n’ait pas été aussi bon pour son propre film.
À quand le prochain ?
D’accord, pas d’accord avec l’article ? Dites-le en commentaire !
Ça peut vous plaire:

        
Avatar
Marla

Ancienne prof de cinéma en fac, je partage sur Marla's Movies mes analyses de films depuis 2014. Je sais parler de Shakespeare et de Harry Potter dans la même conversation. Je pleure devant les vieux films français et les animations Pixar. Venez discuter cinéma et séries, je vous aime d'avance.

Laisser un commentaire

shares
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial