Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

L’économie du couple : quand l’amour règle ses comptes

4 out of 5 stars (4 / 5)
L’Economie du couple, c’est quand on ne parle plus d’amour mais d’argent. Le dialogue de Marie et Boris est envahi par les chiffres. Comme deux personnes en instance de divorce. Et ça crie dans la maison, et les fillettes en pleurent. On partage les choses quand on partage plus les rêves. 
Tant pis si parfois les voix sonnent un peu faux, dans un couple qui déchante après tout c’est normal. Ce qui est grand dans le film de Lafosse, c’est que beaucoup se reconnaîtront: les couples qui se déchirent, ceux qui ont vu leurs parents en disgrâce l’un de l’autre, se disputer un meuble, un livre, un bout d’appartement, les bijoux de grand-mère.
Ça rappelle l’amertume du personnage de Billy Cristal dans Quand Harry rencontre Sally. Il conseille à ses amis pendant qu’ils s’installent: « Mettez vos noms dans vos bouquins dès maintenant. Un jour vous vous battrez pour savoir à qui appartient  cette putain d’assiette. Cette assiette à trois dollars vous coûtera des milliers de dollars en coups de fil à votre avocat. »

C’est que Harry avait divorcé d’Helen peu avant. Mais la femme de sa vie, c’est Sally, d’avec qui il divorce tous les cinq ans pour mieux la retrouver, la connaître, l’aimer.

L’Economie du couple ne vaut pas 5X2, l’un des deux grands films d’Ozon avec Sous le sable, où il contait à rebours le désamour d’un couple, du divorce aux premières lueurs.

La photo s’ensoleillait, depuis le gris comptable au soleil estival, en passant par le bleu de l’enfant et le blanc des noces.

La photo de Joachim Lafosse est sobre, sans pour autant faire téléfilm. Le plan-séquence passe d’un personnage à l’autre avec fluidité, les moments de bonheur font respirer la trame, tout est juste, tout sonne vrai. Dans le public, on a la sensation de participer à ce dîner entre amis où flotte le malaise. On espère avec eux, dans une chorégraphie à quatre. Tout est montré avec délicatesse, les non-dits, les enfants qui trinquent, chacun veut gagner mais se trompe de victoire.
Divorcer avec classe, c’est dur dans la comédie, alors imaginez le drame.
Il faut voir L’Economie du couple. Certains frissonneront de reconnaître des attitudes, des réflexions, des tons de voix où perce la rancœur là où le cœur n’est plus. Ce n’est pas haïr l’autre, c’est souffrir de ne plus le souffrir. Tout y est: la mauvaise foi de l’un, le désespoir de l’autre de tout contrôler, et le regard des gosses au milieu, navrés du naufrage.
Il faut voir L’Economie du couple, mais il faut pour cela avoir le cœur bien accroché. Et s’il est accroché à quelqu’un, douterez-vous de cette personne à la fin de la séance, ou la serrez-vous plus fort pour ne pas qu’elle s’évade ?
Si l’on pouvait commencer son histoire par la fin, comme dans le film d’Ozon, oserions-nous aimer ?
Oui, puisqu’il le faut. Puisque la mort d’un amour prouve au moins qu’il a vécu. On ne repousse pas le fruit avant d’avoir mordu dedans. Et si l’on s’empoisonne, au moins aura-t-on eu la pulpe et le jus et le sucre avant l’amertume. Et puisque sans le fruit, on meurt de soif, autant mourir moins vite et pour une belle raison.
Surtout, le poison n’est pas certain. C’est pour ça qu’on essaie.

Envie de parler du film ? Faites-le en commentaire !
Ça peut vous plaire :
Avatar
Marla

Ancienne prof de cinéma en fac, je partage sur Marla's Movies mes analyses de films depuis 2014. Je sais parler de Shakespeare et de Harry Potter dans la même conversation. Je pleure devant les vieux films français et les animations Pixar. Venez discuter cinéma et séries, je vous aime d'avance.

7 commentaires pour l’instant

Avatar

FatizoPublié le 11:00 - Août 14, 2016

Un excellent film. Et pour une fois qu'on ne traite pas ce genre de sujet en comédie que cela fait du bien.
On voit aussi dans cette histoire que nos 2 personnages ont autant de responsabilité dans l'échec du couple.
On reporte les fautes sur son partenaire mais on ne voit pas ses propres défauts.
Et puis l'interprétation est de qualité avec notamment une Bérénice Béjo qui je n'ai jamais vu aussi crédible.
Bonne soirée Marla

    Avatar

    MarlaPublié le 12:31 - Août 26, 2016

    Merci, Fatizo ! C'est vrai que le film est nuancé. Mais j'ai été plus frappée par la mauvaise foi du mari que par le côté "control freak" de la femme. Que conseillez-vous comme film cette semaine ?

    Bises,

    Marla

    Avatar

    FatizoPublié le 4:54 - Août 29, 2016

    Bonjour Marla;
    Honnêtement rien ne me tentai cette semaine.Pour combler ce vide, et aussi me permettre de passer 2 heures au frais, ce samedi après-midi je suis allé au Mc Mahon revoir "Dieu seul le sait", avec Mitchum et Deborah Kerr.
    Vivement la rentrée, tout du moins pour le cinéma,pour oublier cet été 2016 tout particulièrement médiocre.
    Bises et bonne soirée .

    Avatar

    MarlaPublié le 10:03 - Sep 8, 2016

    Comme je vous comprends, Fatizo ! L'Economie du couple est l'un des rares bons films sortis cet été, avec Dernier Train pour Busan. Vivement le 21 septembre !

    Salutations cinéphiles,

    Marla

    Avatar

    AnonymePublié le 5:00 - Sep 27, 2016

    Pour ma part, c’est un film sympa, mais sans plus… Ça se laisse regarder. Les acteurs sont vraiment remarquables, il n’y a rien à en redire. Cependant je trouve que c’est trop répétitif !

    Avatar

    MarlaPublié le 7:06 - Sep 27, 2016

    Je comprends votre point de vue. Si le film est répétitif, c'est peut-être parce que les couples qui se disputent le font toujours sur les mêmes sujets (ici, l'argent.)

    Bonnes séances !

    Marla

    Avatar

    MarlaPublié le 7:06 - Sep 27, 2016

    Je comprends votre point de vue. Si le film est répétitif, c'est peut-être parce que les couples qui se disputent le font toujours sur les mêmes sujets (ici, l'argent.)

    Bonnes séances !

    Marla

Laisser un commentaire

shares
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial