Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

Le Tommy Westphall Universe : série, es-tu là ?

Retour en force du Binge Doctor ! AuJourd’hui, Clément vous parle d’une folle théorie qui relierait toutes les séries entre elles : le Tommy Westphall Universe. Kezako ? Cliquez sur la vidéo pour le découvrir ! (Transcript ci-dessous)

 

Transcript :

A votre avis, quel est le point commun entre Doctor Who, Alf, The Wire, Supernatural, Orange is The New Black, Prison Break et Shameless ?

Si tu as un doctorat en séries, ou si tu as tout simplement appris à lire les titres des vidéos, tu connais déjà la réponse. Elles font toutes partie du même univers.

Mais diantre, sacrebleu, corneguidouille, quel est ce prodige plus étonnant qu’un bon épisode de Gossip Girl ? C’est le moment d’ouvrir le dossier Tommy Westphall !

 

Hôpital St Elsewhere : Un final vertigineux


Tout a commencé le 25 mai 1988 dans la série Hôpital St Elsewhere, l’une des meilleures séries médicales jamais créée. C’est l’heure de son ultime épisode, intitulé sobrement « The Last One« .

Dans sa dernière scène, le docteur Donald Westphall, un des personnages principaux de la série, regarde Tommy, son fils autiste, jouer avec une boule à neige. Donald pose le globe sur un meuble, et là on voit un travelling allant se diriger vers la boule à neige. Et dans la boule à neige… coup de théâtre ! On découvre l’hôpital St Eligius, l’hôpital où s’est déroulé la série !

Cette fin implique donc que l’intégralité de la série se déroule dans le cerveau de Tommy. Ce twist, on le doit à Tom Fontana, un scénariste de génie qui a depuis créé la série Oz. A l’époque, ce twist a été un choc pour le public américain.

 

Tout n’est qu’un rêve : le cas Dallas

Il y avait eu toutefois un précédent : la saison 9 de Dallas s’est révélée être le simple rêve de l’un des personnages. La raison ? Le public féminin avait menacé de déserter en masse la série si elle ne ressuscitait pas Bobby, le beau mec censé être mort à la fin de la saison précédente.

Mais qu’une série entière n’existe que dans l’imagination d’un personnage c’est quand même très rare.

MARLA : Pourquoi ?

– Un exemple : si je te dis que The Walking Dead, c’est en fait un rêve de Rick qui pionce toujours depuis le début, tu dirais quoi ?

– C’est complètement nul !
– Pas autant que le finale de Dexter…

Le même gag de « tout n’est qu’un rêve » a d’ailleurs été repris dans le final de la sitcom Newhart en 1990.

 

L’intertextualité dans les séries

Alors, OK, Hôpital St Elsewhere se déroule toute entière dans la tête de Tommy Westphall. Et alors ? Et bien, il faut savoir que Hôpital St Elsewhere a été une des toutes premières séries au monde à utiliser l’intertextualité. Ça quoi est-ce ?

ZIGGY : Salut les nullards, c’est Ziggy ! Alors l’intertextualité c’est quoi ? C’est quand vous avez une série qui fait référence à une autre série, ou à une chanson, ou un film. Voilà, vous êtes contents maintenant ?

CLÉMENT : Supernatural par exemple est une série qui est très référencée. D’ailleurs, il y a une vidéo de Pulp Culture sur le sujet qui est très intéressante, que je vous invite à regarder.

Donc la question qu’on se pose c’est : à quoi ça sert l’intertextualité ?

En 1985, dans un article intitulé « Innovation et répétition : entre esthétique moderne et postmoderne »

MARLA : Redis-moi ça ?

CLÉMENT : C’est un papier écrit par Umberto Eco, le gars qui a écrit « Le Nom de la rose ». L’intertextualité, dit Eco, est une manière de rehausser le statut du public qui a l’impression de jouer. Devant notre écran, nous sommes invités à jouer avec notre culture, nos références. Nous devenons plus actifs, ce qui augmente notre plaisir de spectateur.

Et Hôpital St Elsewhere abonde de références à d’autres séries. Il y a même eu des crossovers avec des séries très populaires de l’époque, comme la sitcom Cheers ou la série policière Homicide.

 

Toutes les séries sont dans le même univers : la conséquence directe du final de Hôpital St Elsewhere

Mais… attendez une minute. Si Hôpital St Elsewhere se déroule dans la tête de Tommy… alors Cheers et Homicide aussi ! Et puisque John Munch qui est dans Homicide, est un inspecteur que l’on retrouve dans d’autres séries comme The Wire, New York : unité spéciale, ou bien X-Files, et bien ces séries font aussi partie de la tête de Tommy ! Et puisque dans X-Files, Mulder est fan d’Alerte à Malibu, alors… dans la tête de Tommy Westphall, il y a Alerte à Malibu !! Le pauvre…

C’est ce qu’on appelle le Tommy Westphall Universe. Alors oui, dit comme ça, on dirait un mauvais titre d’épisode de The Big Bang Theory.

Et vous savez quoi ? Presque toutes les séries anglophones sont dans l’univers de Tommy.

 

L’Exemple de Poupée Russe

Prenons Poupée Russe, l’une des nouveautés Netflix 2019, d’ailleurs une bonne surprise de ce début d’année. Eh bien, elle fait aussi partie du Tommy Westphall Universe. Démonstration en moins d’une minute :

En 1998, le docteur Roxane Turner, de Hôpital St Elsewhere, apparaît en crossover dans la série Homicide. Un détective de Homicide, John Munch, apparaît dans la saison 5 de X-Files pour interroger les Bandits Solitaires. Or, l’épisode 17 de la saison 4 d’X-Files voit Scully trouver un bloc de papier appartenant à un voyageur temporel. Ce bloc mentionne la compagnie aérienne Oceanic Airlines. Cette compagnie fictive apparaît dans plusieurs séries : Lost bien sûr, mais aussi Diagnostic : Meurtre, une série des années 90. Or on peut voir le nom de la compagnie dans l’épisode 4.23 de cette dernière série. Par ailleurs, dans l’épisode 10 de la saison 5 de Diagnostic : Meurtre, on peut voir l’actrice Barbara Bain reprendre son rôle de Cinnamon Carter, l’espionne redoutable de Mission : Impossible. Enfin, dans le deuxième épisode de Russian Doll, on voit Nadia siffloter le thème de la série Mission : Impossible.

Conclusion : Poupée russe est liée au cinquième degré à Hôpital St Elsewhere, donc Russian Doll n’existe que dans l’esprit de Tommy Westphall !

 

L’Histoire sans fin

Conséquence : il y a des séries qui n’ont rien à voir entre elles qui se retrouvent dans le même univers. En montrant que Hôpital St Elsewhere se déroule tout entière dans la tête d’un jeune garçon, Tom Fontana nous rappelle une chose : que toutes les séries que nous aimons naissent d’abord dans la tête d’un scénariste.

Tommy Westphall représentait à l’époque une seule série. Maintenant, dans un immense jeu méta, c’est carrément tout l’univers des séries qui se trouve dans sa tête. Pour reprendre les propres mots de Fontana, Tommy Westphall est plus ou moins l’équivalent de Dieu.

Alors on peut ne pas être d’accord avec cette théorie. Après tout, nous regardons ces séries. Ça veut pas dire que nous sommes des fragments de l’esprit de Tommy.


A moins que… Et si nous étions tous dans la tête de Tommy ?

 

Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !

 

À lire aussi

Clément
Clément

Docteur en binge watching. Donne les Réponses aux Grandes Questions sur les Séries, les Films, l'Univers et le Reste (mais surtout les Séries et les Films).

Laisser un commentaire

shares
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial