Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

Le Château de Cagliostro, de Miyazaki : Gentleman cambrioleur

Vous voulez un film de Miyazaki avec du suspense, de l’humour, de l’amour ? Eh bien il y a son premier film, Le Château de Cagliostro
 
C'est ce château-là ?
 
Non, pas le château ambulant.
 
Alors celui-là ?
 
Non, pas le château dans le ciel. Le château de Cagliostro, on a dit.
 
 
Voilà.
 

Le plus grand des voleurs

 
Arsène Lupin, on le sait depuis longtemps, est le plus grand des voleurs.
 

On suit donc dans Le Château de Cagliostro les aventures trépidantes d’Arsène Lupin, parti sur les traces de faux-monnayeurs.
 
Le premier film de Miyazaki, tourné en 1979, se déroule donc en France, parmi des nobles salopards, et notamment le plus terrible : le comte de Cagliostro.
 
La belle Clarisse, cliché de femme en détresse, est censée l’épouser sous peu. Heureusement, le grand Arsène Lupin vole à sa rescousse. 
 
Clarisse et Arsène Lupin dans Le Château de Cagliostro de Hayao Miyazaki (1979)

Clarisse et Arsène Lupin dans Le Château de Cagliostro de Hayao Miyazaki (1979)

 
Il est dommage que Le Château de Cagliostro s’appesantisse sur ces clichés homme/femme, car le reste du film est très réussi. Pour être tout à fait honnête, la concurrente d’Arsène Lupin, Fujiko, est un modèle de femme d’action et d’intelligence.
 

Fujiko dans Le Château de Cagliostro

 

Le Château de Cagliostro : un modèle d’animation pour l’époque

Au-delà des personnages archétypaux, c’est l’animation qu’il faut retenir du Château de Cagliostro. L’animation de Miyazaki, pour un premier long-métrage, force l’admiration, surtout quand on sait ce qui se faisait en 1979 en termes d’anime japonais.
 
79, c’était la grande époque de Candy, la fameuse jeune fille blonde amoureuse du prince des collines (c’est pas un gag).
 

 
Ce fut un gros succès à l’époque, mais du côté de l’animation, même si les visages étaient jolis, la fluidité de l’ensemble avait tout à envier au premier essai – et coup de maître – de Miyazaki.
 

Il est fort, cet Arsène Lupin

C’est cette animation formidable qui nous fait oublier certaines invraisemblances du scénario. 
 
Il est par exemple des moments où Arsène Lupin « saute le requin ». Comment, vous ne connaissez pas l’expression « Jump the shark » ?
 
Cette expression, on la doit à une autre série, Happy Days, où Fonzy – beau, grand et fort – saute en bateau à moteur au-dessus d’un requin.
 

C’est un peu fort de café. C’est pourquoi à l’époque est née l’expression « Jump the Shark », qui  qualifiait une scène trop abracadabrante pour être vraie.
 
Des passages comme ça, on en trouve plein dans Le Château de Cagliostro. Arsène Lupin est tantôt MacGyver (il se sort de situations impossibles avec un bout de ficelle), Batman (avec plein de gadgets en poche), James Bond (avec son sens de la répartie), Spiderman quand il grimpe sur les tours du château, et même Superman quand il vole au secours – littéralement – de la future mariée tombée de la tour.
 

Qu’est-ce que vous faites encore là ?

 
Mais on ne va pas faire sa mauvaise tête, hein, c’est un dessin animé. Le rythme est suffisamment haletant, les personnages suffisamment attachants et les images assez séduisantes pour que l’on oublie ces facilités scénaristiques.
 
Les trouvailles d’Arsène Lupin pour flouer les faux monnayeurs s’avèrent assez surprenantes pour maintenir l’intérêt du spectateur. La découverte du fameux trésor est à la fois étonnante et poétique.
 
Je ne vous en dirai pas plus, car Le Château de Cagliostro joue encore dans quelques salles parisiennes. Il est donc temps d’éteindre votre ordinateur et de vous installer face à un écran plus beau.

Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !

À  lire aussi :
 
Avatar
Marla

Ancienne prof de cinéma en fac, je partage sur Marla's Movies mes analyses de films depuis 2014. Je sais parler de Shakespeare et de Harry Potter dans la même conversation. Je pleure devant les vieux films français et les animations Pixar. Venez discuter cinéma et séries, je vous aime d'avance.

Laisser un commentaire

shares
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial