Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

Fam

Fam, avec Nina Dobrev : sitcom les autres

2 out of 5 stars (2 / 5)

 

La saison 1 de Fam, sitcom de CBS avec Nina Dobrev (Vampire Diaries) vient tout juste de se terminer. Retrouvez notre critique dans cette vidéo, qui parlera aussi de l’état des sitcoms familiales américaines aujourd’hui (transcript ci-dessous) :

 

 

TRANSCRIPT

Bonjour les addicts ! Aujourd’hui, on va parler de Fam, la nouvelle série de Nina Dobrev après son rôle d’Elena Gilbert dans Vampire Diaries.

Est-ce que tu aimes la rigolade ? Est-ce que tu penses à Nina quand tu fais l’amour ? Ou tu veux juste savoir si sa sitcom est drôle ? Alors, c’est parti pour ce premier numéro de L’After-Binge, consacré à Fam.

 

Cohabitation explosive

La saison 1 de Fam fait 13 épisodes de 22 minutes. Elle a été créée par Corinne Kingsbury. Elle est diffusée sur CBS mais on la trouve facilement en streaming. Fam est une sitcom classique, dans le genre de Friends.

Dans Fam, abréviation de « Family », Nina Dobrev ne s’appelle plus Elena Gilbert mais Clem. Clem comment, on en sait rien. Et on s’en moque autant que J.J.Abrams se moque de Star Wars 8.

Clem a la trentaine, un beau fiancé, Nick, un boulot stable et un bel appartement. Waouh, y a pas de doute, on est bien dans de la fiction ! Le petit monde de Clem s’écroule quand Shannon, sa jeune demi-soeur, fugue de chez leur père irresponsable pour se taper l’incruste chez elle avec la douceur d’un CRS dans une manif de gilets jaunes. La cohabitation va être explosive.

 

Une sitcom qui fait le job

Alors, on va le dire tout de suite, on ne s’ennuie pas devant Fam. Si les rires enregistrés ne vous donnent pas envie de tout cramer, eh bien les punchlines qui claquent toutes les dix secondes, les gros twists, la bonne humeur générale, sont très amusants. Alors, ce n’est pas du Shakespeare, mais quand on a passé la journée à avoir peur qu’un ami vous spoile la saison 8 de Game of Thrones, avec une appli à la con (l’appli « Spoiled »), ben ça détend les nerfs.

Bien que je n’ai jamais été convaincu par le talent d’actrice de Nina Dobrev, elle s’en sort pas mal dans la comédie. Le problème, c’est qu’elle se fait complètement voler la vedette par ses partenaires : Gary Cole qui joue le père indigne rafle toutes les meilleures répliques. Quand il n’est pas là, c’est celle qui joue sa soeur cadette, Odessa Adlon, une tornade de vitalité, de cynisme, de sexe qui rafle ce qui reste.

 

30 ans de retard

Mais la question que je me pose, c’est : à quoi sert Fam ? Pourquoi produire Fam en 2019 ? Parce que si on enlève la couche de vernis qui fait moderne de Fam, Fam est une sitcom qui revient à un genre qui n’avait plus été exploité depuis 30 ans : la sitcom familiale bon enfant.

En fait, j’ai l’impression que Fam a voulu faire du neuf avec du vieux et a fait, je ne sais pas… du vieuf ?

Déjà, Fam reprend mot pour mot le pitch d’une sitcom de 2002 : Ce que j’aime chez toi, que tous les ados qui étaient devant KD2A le samedi matin à l’époque ont dû regarder.

Ouais, c’était bien débile, et ouais j’ai quand même tout maté. Oui, je n’ai jamais réussi à l’effacer de ma mémoire. Et ça me hantera pour le restant de mes jours.

Dans Fam, dans Ce que j’aime chez toi, une nana vient semer le bordel dans le couple de sa soeur aînée. Ça, et le couple prêt à se marier au début de la sitcom rappelle pas mal Marshall et Lily de How I Met Your Mother.

 

Comment la valeur « famille » a façonné les séries américaines

Je ne vous apprends rien, la famille est une valeur sacrée aux États-Unis. Dolores Hayden, professeur de civilisation américaine à Yale, dit dans son livre « Redéfinir le rêve américain » que le peuple américain est unique en son genre. Puisque dans les années 1950, c’est le seul qui a fondé sa civilisation non pas sur l’idée de nation, de peuple, mais sur l’idée familiale, de la sphère privée. D’où dans les années 1950 et 60, l’explosion des sitcoms familiales.

Après le désastre du Vietnam, le scandale du Watergate et la reprise de la guerre froide à la fin de la Détente, les séries familiales deviennent encore plus populaires, car refuges rassurants pour un peuple sans repères moraux.

C’est l’époque de La Petite maison dans la prairie, de Happy Days, du Cosby Show, etc. Les années 80, notamment, vont voir fleurir ce genre de séries moralisatrices et aujourd’hui terriblement datées.

Depuis, ces séries se sont faites ringardiser par les sitcoms de potes. Du genre Seinfeld, Friends, How I Met your Mother ou encore Hélène et les garçons… Haha, je rigole.

Si bien qu’après les années 80, il est devenu presque impossible de réaliser une sitcom avec une famille parfaite. Entre la famille allumée de Shameless, celle complètement pétée d’Arrested Development, ou celle totalement à l’ouest de Roseanne, les sitcoms familiales cessent d’idéaliser les familles car elles sont enfin raccord avec la réalité. Ouais, la famille, c’est pas toujours rose, ça peut carrément même être l’enfer.

 

Fam : Une famille trop idéale pour être réaliste

C’est le problème de Fam : les deux familles qu’on voit sont toutes en sucre, tout en tendresse. Ils résolvent leurs mini conflits dans la joie, la bonne humeur et le caca de licorne.

Le pire, c’est que la créatrice de Fam, Corinne Kingsbury, a dit que chacun retrouvera un peu de sa famille dans sa série. Bordel, Corinne ! Occupe-toi de ta série policière (In the Dark) avec ton héroïne aveugle. Elle dépote beaucoup plus que ce sirop ultra sucré qui tuerait un diabétique !

Dans ces conditions, Fam est un gros retour en arrière. Alors oui, on a un couple interracial parce que c’est plus moderne. Oui, on a la famille recomposée. Mais bon la famille recomposée, on l’a depuis The Brady Bunch et son foutu Cousin Oliver. Cousin qui continue de plomber les séries depuis plus de 50 ans ! 

Et je ne vous parle pas des clichés. Le meilleur ami de l’héroïne est un gay caricatural. Quant à la belle-mère, c’est une mama noire qui veut régenter la p’tite vie de son fiston. Sérieux, vous n’avez pas trouvé mieux ?

Si Fam avait été produite il y a 30 ans, je suis sûr qu’elle aurait eu du succès. Là, elle atteint péniblement 6/10 sur Imdb et 40% sur Rotten Tomatoes.

 

Des discours politiques et sociaux trop timides

C’est dommage, car Fam est très drôle, avec même de timides discours politiques. Ainsi, l’épisode 4 est sur le sexisme des universités. L’épisode 8 défend les erreurs amoureuses qui sont nécessaires pour construire ensuite une relation saine. Là, basiquement, Fam dit en 22 minutes ce qu’Osmosis a eu beaucoup de mal à dire en 8 épisodes.

Oui, Fam est très drôle. Mais le problème est que, sous couvert de modernité, elle recycle plus de trois décennies de sitcom familiales datées.

 

Donc voilà, si vous avez envie de passer un bon moment sans plus, regardez Fam, une sitcom aussi légère qu’inutile.

 

Un avis ? Une réaction ? Dites-le en commentaire !

 

A lire aussi :

Clément
Clément

Docteur en binge watching. Donne les Réponses aux Grandes Questions sur les Séries, les Films, l'Univers et le Reste (mais surtout les Séries et les Films).

Laisser un commentaire

shares
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial