Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

Ben is Back, avec Julia Roberts : laisse pas traîner ton fils

3 out of 5 stars (3 / 5)

 

Cette semaine, j’ai été voir Ben is Back. Pourtant, l’ami avec qui j’y suis allée m’a lancé :

Viens, on va voir le film avec Julia Roberts !

Voilà le genre de phrase que je n’aime pas entendre. Il faut dire que j’ai du mal avec les rom-com. Je la trouve charmante, Julia, mais mis à part quelques films d’auteur comme Un Été à Osage County, je ne trouve généralement pas ses choix de films palpitants. Et quand je vois l’affiche de Ben is Back, je m’inquiète encore : les bonnes critiques mentionnées proviennent seulement de magazines féminins, et c’est généralement mauvais signe.

 

Ben is Back, C’est l’histoire d’une mère qui s’épuise à sauver son fils des griffes de la drogue. Ben revient pour Noël. Ça devrait être une bonne nouvelle, mais…

 

En effet, Ben sort tout juste de désinto. Un peu trop tôt. Tout comme au Noël précédent, et celui d’avant.


Un film plus fin qu’il n’y paraît 


La composition de Julia Roberts est naturellement ce qui porte le film, mais Ben is Back est également plus fin qu’il n’y paraît : le personnage de Ben, par exemple, est plutôt complexe. Il est incorrigible mais voudrait s’améliorer, il a de mauvaises fréquentations mais souhaite s’en détacher. Il se sent coupable, et sa mère avec lui, d’un lourd passé dont ils aimeraient s’amender tous les deux.


Julia Roberts et Lucas Hedges en tandem mère-fils dans Ben is Back, de Peter Hedges

Julia Roberts et Lucas Hedges en tandem mère-fils dans Ben is Back, de Peter Hedges


À part l’enjeu un peu faible de cette nuit de Noël – retrouver le chien enlevé par des malfrats – on s’attache aux personnages de Ben et de sa mère. La photo bleu-gris se prête bien au ton sobre du film.


Ben is Back aurait pu être meilleur


J’aurais aimé que Ben is Back verse davantage dans le film d’auteur ou le thriller nerveux. Il est une scène, dans la dernière partie du film, qui aurait pu être représentative du film : la mère attend son fils dans la nuit enneigée tandis qu’il parlemente avec un dealer. De l’échange entre les deux jeunes gens, on n’entendra rien. Le réalisateur choisit de faire un plan sur la porte fermée où l’on n’aperçoit que des ombres qui discutent. On adopte alors le point de vue de la mère et on s’inquiète avec elle du devenir du fils. Ben is Back aurait dû adopter ce point de vue du début à la fin : on aurait peut-être obtenu un grand film.

Mention spéciale pour la sœur de Ben qui voit clair dans le réveillon à venir : l’actrice, Kathryn Newton, n’a que peu de répliques mais un regard désapprobateur toujours à propos.


Un ton doux-amer


Le ton et la fin douce-amère du film le sauve du mélo conventionnel auquel on aurait pu s’attendre. Un peu comme dans Le Poison de Billy Wilder, l’addiction de Ben apparaît comme un cycle infernal dont on ne sort pas.



On murmure à la sortie de la salle que Julia obtiendra peut-être l’Oscar pour ce rôle. C’est possible. 

Adopter le point de vue de la mère sur ce sujet est assez original. Il ne s’agit pas, comme dans Requiem For a Dream, de montrer l’horreur de la toxicomanie, mais plutôt les conséquences des choix d’un jeune homme perdu qui tombe dans la drogue et le deal. Si le sujet vous intéresse, vous pouvez lire le roman de Marie Cardinal, <em>Les Grands désordres</em>. Cette fois, c’est une fille de 18 ans qui est aux prises avec la drogue. Sa mère tente, elle aussi, de la sauver.


Si vous aimez Ben is Back, vous aimerez peut-être cet excellent livre de Marie Cardinal, Les Grands désordres

Si vous aimez Ben is Back, vous aimerez peut-être cet excellent livre de Marie Cardinal, Les Grands désordres


Vous pouvez aller voir Ben is Back, où Julia Roberts fait preuve de beaucoup de finesse et de sensibilité dans un rôle difficile. Lucas Hedges, fils du réalisateur Peter Hedges, est convaincant dans le rôle de Ben, même s’il n’a pas l’expérience, bien sûr, de sa partenaire de jeu.


Et vous, que pensez-vous du film ? Dites-le en commentaire !


À lire aussi :

Avatar
Marla

Ancienne prof de cinéma en fac, je partage sur Marla's Movies mes analyses de films depuis 2014. Je sais parler de Shakespeare et de Harry Potter dans la même conversation. Je pleure devant les vieux films français et les animations Pixar. Venez discuter cinéma et séries, je vous aime d'avance.

2 commentaires pour l’instant

Avatar

François BruwierPublié le 6:32 - Jan 27, 2019

Bonjour à vous,

Il y a quelques jours, vous avez publié sur Facebook un message comme quoi vous recherchiez des personnes qui rédigent des critiques de films. En tant que cinéphile, il se trouve que je rédige beaucoup de critiques de films, récents comme anciens.

Je vous écrit donc ce message afin de vous faire part de mon intérêt par rapport à votre proposition. Je précisé en outre que je suis membre de différents groupes cinémas sur Facebook (La ligue des cinéphiles, Cinéma et séries en folie, etc).

Bien cordialement,

François Bruwier

Avatar

MarlaPublié le 8:03 - Jan 27, 2019

Bonjour François,

Merci pour votre message.

Je viens de vous contacter sur Facebook.

À très vite,

Marla

Laisser un commentaire

shares
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial