Slider

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

Archive de l’auteur %s Tim Bullock

De Gaulle (2020) avec Lambert Wilson

De Gaulle : Mémoires de guerre

4 out of 5 stars (4 / 5)

De Gaulle : Un hommage. Pas une hagiographie

Centré sur la période allant de la fin mai au 19 juin 1940, De Gaulle est un film splendide qui rend hommage à la fois au grand homme mais aussi à l’homme tout court que fut le Général.

Le scénario de Valérie Ranson Enguiale et Gabriel Le Bomin (par ailleurs réalisateur) évite de glorifier outre-mesure celui qui n’est au commencement qu’un modeste colonel. En effet, il ne sera élevé au grade de général de brigade qu’à titre provisoire, et ne sera jamais confirmé à cette nomination. De Gaulle touchera toute sa vie une solde puis une retraite de colonel. Sa plus grande réussite est de réussir à atteindre l’homme derrière la légende avant qu’il ne devienne un héros, la statue du Commandeur ou un Roi thaumaturge.

 

Le Général dans tous ses états

C’est justement le rôle des retours en arrière que de montrer Charles de Gaulle en mari et père attentionné. C’est particulièrement vrai avec sa fille Anne, atteinte de trisomie-21 ( « mongolisme » comme on disait à l’époque). Conformément à la vérité historique, De Gaulle était réservé avec sa famille (mais c’était la façon de faire alors), mais se montrait toujours chaleureux avec Anne. Toutes ces séquences solaires, pleines d’amour et d’attention, donnent le beau rôle à Isabelle Carré (dans le rôle d’Yvonne, l’épouse du général). Le final est d’ailleurs extrêmement émouvant.

 

Le beau rôle à Isabelle Carré

Interpréter le général de Gaulle est à la fois un honneur et un sacré challenge auquel s’est frotté Lambert Wilson. L’élégance naturelle et le charisme du comédien, tantôt sobre, tantôt emporté ou chaleureux, toujours juste, se coule dans l’uniforme.  Et c’est bluffant. Il est d’ailleurs bien entouré. Avec Isabelle Carré, il forme un vrai beau couple et tous deux rendent crédible, visible l’amour qui les lient. Carré ne se contente pas de jouer la parfaite épouse. Puisqu’elle est aussi mère courage parcourant les routes encombrées d’un Hexagone exsangue, protégeant ses enfants tout en les mettant en danger. La scène sur le navire alors que rôdent les stukas (de leur vrai nom Junkers Ju 87, chasseurs-bombardiers) est extrêmement tendue. Avec comme une réminiscence des scènes les plus intenses de 1917. C’est une femme forte que campe la comédienne, nullement l’ombre de son mari mais sa partenaire, son soutien, son socle.

 

De Gaulle : Une reconstitution impeccable

Question casting, le film se montre très efficace. Mention spéciale à Olivier Gourmet qui campe un Paul Reynaud courageux mais dépassé. Toutefois, il est non dénué de noblesse. Car il a la présence d’esprit de comprendre que, si lui n’était pas l’homme de la situation, De Gaulle l’était peut-être. Autre mention à Philippe Laudenbach qui campe un maréchal Philippe Pétain plus vrai que nature, notamment au niveau de la voix. Il ne le montre nullement sénile mais manipulateur et charismatique. Le scénario montre également sans y passer trop de temps les jeux de pouvoir, les alliances et les trahisons. Ces scènes de cabinet sonnent extrêmement justes. On sent qu’il y a de la documentation derrière ce film. Grâce à ces scènes, nous comprenons les causes immédiates de la chute prochaine de la IIIème République (même si, formellement, elle ne cesse qu’avec le vote des pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940). En moins de deux heures, le spectateur reçoit un cours d’histoire qui n’est ni un pensum ni un pamphlet. De Gaulle, dans ses meilleurs moments, vaut bien des ouvrages universitaires !

 

Une pleine réussite

Pour conserver toute sa force dramatique, le film s’arrête au 19 juin 1940, après le fameux discours. Il est amusant de voir la caméra filmer Lambert Wilson de dos, face à ceux derrière la vitre du studio. Les mines des acteurs sont éclairantes. Car les personnages qu’ils jouent prennent soudainement conscience de la puissance des mots prononcés, de leur importance. Ils sont en train d’assister à l’écriture de l’Histoire !

Avec le film De Gaulle, on peut dire que, dans sa dimension héroïque et sa dimension intime, le Verbe s’est fait Chair.

 

Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !

A lire aussi :

1917 : La guerre comme vous ne l’avez jamais vue

5 out of 5 stars (5 / 5)

Les histoires les plus simples sont souvent les meilleures. Le 6 avril 1917, les caporaux Blake et Schofield de l’armée anglaise reçoivent l’ordre d’aller porter un message urgent au colonel MacKenzie. Il doit annuler une offensive prévue pour le lendemain. S’ils échouent, 1600 hommes, dont le frère du caporal Blake, tomberont dans le piège tendu par l’armée allemande.

Un prodige technique

D’un point de vue technique, 1917 une pleine et entière réussite. Sam Mendes nous embarque dans cette mission quasi impossible sans perte de temps ni fioritures. On suit littéralement pas à pas les deux soldats dans ce qui paraît être un unique plan-séquence. Il y en a certes plusieurs mais l’idée était excellente et la réalisation parvient à la transformer en réussite visuelle, comme l’avait fait Birdman en 2015. A l’exception d’une coupure pour cause d’évanouissement, l’histoire de 1917 suit une progression linéaire, depuis le point A d’où partent les caporaux jusqu’au point B. Néanmoins, ce n’est pas parce que c‘est linéaire que c’est sans intérêt. Loin de là.

Au coeur de l’action

Première bonne idée, le relatif – sans vouloir leur manquer de respect – incognito des deux acteurs principaux. George MacKay et Dean-Charles Chapman ne sont pas des vedettes mais c’est justement leur côté « soldat de base » qui fait qu’on s’attache facilement à eux. A l’opposé du Dunkerque de Nolan, Sam Mendes se place quelque part dans la tradition de Tolkien qui avait une sincère et profonde admiration pour les « tommies ». Les tommies sont les simples soldats de l’armée britannique qui accomplirent l’essentiel des combats et subirent l’essentiel des pertes. Prendre des « têtes d’affiches » (comme Colin Firth ou Benedict Cumberbatch qui jouent dans le film des rôles très secondaires) aurait diminué la dramaturgie de 1917. Une dramaturgie renforcée par le réel, Mendes s’étant inspiré d’anecdotes de son grand-père qui fut messager pour l’armée britannique.

La réalisation de 1917 se centre au plus près des personnages, sans jamais nous donner à voir ce qui se passe à côté ou chez les Allemands. Le spectateur vit donc l’instant présent intensément sans pouvoir penser à l’avenir même immédiat. Cet effet « nez dans le guidon » conféré par l’usage du plan-séquence, résolument immersif, capture, captive et tient en haleine deux heures durant. D’autant que la dimension personnelle à la mission ne la rend que plus humaine.

 

L’ennemi sans nom

L’ennemi est on ne peut plus vague mais n’en est pas moins menaçant. Évidemment, le titre de 1917 désigne les Allemands comme cet ennemi et quelques soldats incarnent ces « Allemands ». Il n’en ressort pas moins une impression d’irréalité fantasmagorique, de menace latente. Ainsi cette scène où des coups de feu sont tirés sans qu’on puisse dire dans un premier temps d’où ils viennent. L’Allemand a des allures de Croquemitaine. Il est à noter qu’aucun Allemand ne reçoit de nom personnel dans 1917. C’est toujours un « Allemand », l’incarnation provisoire d’une entité menaçante, un Léviathan qui renaît sans cesse de l’abîme.

 

Un film de guerre tout en nuances.

Mais, s’il y a des ennemis, il y a aussi des alliés. En plus d’être deux (ce qui permet des échanges qui évitent toute monotonie), les héros – à tous les sens du terme – de 1917 reçoivent l’aide des autres soldats. La fraternité d’armes devient ainsi une réalité quel que soit le grade. Le capitaine, incarné par le remarquable Mark Strong, apporte en peu de mots et quelques gestes, le soutien nécessaire à la poursuite de la mission. La critique de 1917 contre certains officiers n’est pourtant pas passée sous silence, évitant un effet justement trop héroïque. L’armée britannique a eu son lot d’officiers « aimant la bataille », comme le général Haig, un des généraux les plus controversés du conflit. Pourtant, il fut élevé au maréchalat et anobli après la guerre.

 

1917 : un film faussement linéaire

La linéarité de 1917 est interrompue par de multiples péripéties qui nous rappellent que nous sommes en guerre. L’ouverture bucolique est vite oubliée ! Il y a quelque chose à la fois ludique et tragique dans ces ruptures de ton. Un instant de légèreté (comme s’amuser de la grosseur d’un rat) peut immédiatement être suivi d’un instant dramatique (une explosion). La mission de 1917 est de celles que l’on peut en trouver dans un jeu, mais le film ne badine pas avec la vie humaine et montre constamment que ces « perturbations » ne sont pas anecdotiques mais peuvent être mortelles.

La linéarité de 1917 est également rompue par la diversité des décors. On passe sans transition de la tranchée britannique à la tranchée allemande. Ou encore au no-man’s land (une des séquences les plus sinistres et les plus choquantes du film), de la verte prairie du Nord aux ruines ocres. On passe aussi d’une cave obscure à la forêt. La lumière elle-même varie de chaude au départ à morte au milieu. L’obscurité nocturne donne aux ruines une allure caravagesque des plus frappantes. La tension au plus haut à ce moment tire vers le fantastique, rend l’ombre aussi bien protectrice que menaçante. Tout concourt dans 1917 à ne jamais donner de répit.

Quelque part, la guerre ne s’arrête jamais.

 

Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !

A lire aussi :

Crawl : l’attaque des alligators tueurs

4 out of 5 stars (4 / 5)

 

Alors qu’un ouragan va s’abattre sur la Floride, Hayley va chercher son père. Mais elle se retrouve piégée dans sa maison de celui-ci. Voilà Hayley cernée à la fois par la tempête et par des alligators voraces.

 

Crawl : un survival de qualité

Le scénario de Crawl est assez simple mais c’est notamment cette simplicité qui va lui donner son efficacité. Crawl ne se disperse à aucun moment. Une fois qu’Hayley est arrivée sur place, on entre quasiment dans une tragédie classique par son unité de temps, d’action et de lieu. Autre élément d’efficacité, il n’y a que deux acteurs au générique : Kaya Scodelario et Barry Pepper. D’où un focus de l’attention sur eux.

Barry Pepper et Kaya Scodelario) dans Crawl, réalisé par Alexandre Aja (2019)

Dave Keller (Barry Pepper) et Haley Keller (Kaya Scodelario) dans Crawl, réalisé par Alexandre Aja (2019)

Crawl s’inscrit bien dans le sous-genre « survivaliste » du film d’horreur. Ici, l’objet est de savoir comment le héros (l’héroïne) va s’en sortir. Une inconnue subsiste sur le sort de la deuxième personne. Conséquence : tous les seconds rôles (absolument pas crédités au générique) sont, eux, destinés à mourir ; parfaits substituts au duo principal.

C’est dans la partie proprement « survivaliste » de Crawl que se niche la tension. Une tension qu’Alexandre Aja, spécialiste du genre, sait parfaitement entretenir. Ainsi les cadrages serrés sur l’héroïne laissant les deux côtés hors champ, ou les variations clair/obscur, sont autant d’idées visuelles efficaces. Quand Hayley allume sa lampe, qu’est-ce que l’on voit soudain à côté d’elle ? La tension, génératrice de la peur, se niche d’abord dans les efforts des personnages pour se mettre à l’abri.

Kaya Scodelario

Haley Keller (Kaya Scodelario) dans Crawl

Mais le vice du scénario est de priver progressivement ses héros de l’abri salvateur. Les frères Rasmussen, auteurs du scénario, et spécialisés dans les films d’horreur/survival (ils ont notamment écrit le dernier film de John Carpenter : The Ward) trouvent en Aja le réalisateur dont ils avaient besoin pour donner corps au suspense de Crawl.

 

Un excellent dosage entre peur et gore

Chaque scène donne lieu à une préparation angoissante suivie d’une brève mais violente poussée d’adrénaline quand l’alligator attaque ou passe à proximité. La sortie d’Hayley du conduit d’évacuation en est un bel exemple. Alexandre Aja se plaît à faire briller les yeux de l’alligator par ses jeux de lumière. Aussi le monstre de Crawl est comme nimbé d’une aura maléfique, doté d’une conscience et surtout d’un appétit féroce.

Un alligator

Un alligator dans Crawl

Cet appétit ne pouvant être satisfait sur les héros, il trouve son exutoire avec les seconds rôles dans la partie « gore » du film. De fait, les diverses morts, qui mélangent pillards et policiers dans une même ronde macabre, ne lésinent pas sur le sang. Ces attaques équilibrent la partie « survivaliste » comme un déversoir à la peur. Mourir dévoré est atroce mais c’est moins pénible (pour le spectateur s’entend) que de ne pas savoir si une mâchoire ne va pas surgir de la surface de l’onde qu’effleure votre lampe torche. Crawl a ainsi tous les atours d’une série B réussie (marque de fabrique du producteur Sam Raimi, à l’oeuvre depuis les Evil Dead)

 

Crawl : Les Dents de la mer version alligator ?

Kaya Scodelario est connue pour sa participation au Labyrinthe et au 5e opus de Pirates des Caraïbes. Elle a eu la bonne idée de se roder sur une production plus modeste au rôle principal. En effet, de tous les plans, la jeune actrice est parfaitement convaincante, entre angoisse et combativité. Des éléments annoncés dès le départ par le réalisateur. Lequel s’amuse en ouverture à filmer des jolies jeunes femmes comme dans Piranha. Une scène qui n’est pourtant absolument pas gratuite comme on le comprendra par la suite. La scène finale, qui la met une dernière fois en valeur, est une idée brillante. En s’arrêtant net, Crawl s’épargne une fin qui aurait pu sombrer dans la guimauve.

Kaya Scodelario et Barry Pepper dans Crawl

Haley Keller (Kaya Scodelario) et Dave Keller (Barry Pepper) dans Crawl

Alexandre Aja ne voulait pas renouer avec le côté « comédie d’horreur » de son film Piranha 3D (2010). En effet, il avait comme ambition – ainsi que le proclame une petite figurine sur le tableau de bord de la voiture d’Hayley (en tout début de film) – de réaliser « Les Dents de la mer du film de crocodile ». Difficile de dire s’il a réussi, faute d’avoir vu d’autres films du genre, mais c’est tout de même une pleine réussite.

 

Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !

 

A lire aussi :

Keira Knightley dans Coeurs ennemis

Coeurs ennemis : Allemagne, année zéro

 

4 out of 5 stars (4 / 5)

 

Coeurs ennemis commence en novembre 1945. Helen Morgan (Keira Keightley) rejoint son mari, le colonel Lewis Morgan (Jason Clarke) à Hambourg. En effet, Morgan supervise les troupes britanniques d’occupation et tente d’assurer l’ordre et la reconstruction (le titre original est The Aftermath : les conséquences). Pour ce faire, le couple loge chez Lubert, un Allemand (Alexander Skarsgaard). Les troupes d’occupation ont réquisitionné sa demeure mais ont autorisé Lubert sa fille à rester. La cohabitation sera tendue et révélatrice.

 

Rachel Morgan (Keira Knightley) dans Coeurs ennemis, réalisé par James Kent (2019)

Rachel Morgan (Keira Knightley) dans Coeurs ennemis, réalisé par James Kent (2019)

D’emblée, le spectateur sait qu’il n’est pas là pour rire. Les tons de Coeurs ennemis sont souvent gris, gris cendre ou gris plomb. Le blanc est rare mais intervient à un moment important où il joue un rôle apaisant. Le chef opérateur Franz Lustig se montre bien plus inspiré que dans How I Live Now, à l’enchaînement de ruptures de ton brouillonnes. Les décors sont bien choisis. De la maison de maître au chalet intime en passant par des ruines d’une criante vérité.

 

Coeurs ennemis : un film métaphorique

James Kent avait déjà réalisé une excellente chronique de la première guerre mondiale dans Mémoires de Jeunesse. Coeurs ennemis reprend ce qui en avait fait le succès : c’est moins un film historique qu’un drame sur une toile de fond historique. C’est bien plus intéressant en soi. Avec une lenteur calculée, la mise en scène dévoile progressivement le côté métaphorique du film. Si les guerres sont identiques, chaque drame est particulier. Le pitch évoque celui de Suite Française d’Irène Nemirowsky, mais son traitement est différent. Les ruines de Hambourg symbolisent les vies ruinées des différents protagonistes. Puisque chacun a son lot de gravats et s’efforce malgré tout de vivre avec tant qu’il le peut.

 

Rachel (Keira Knightley), Freda (Fiora Thiemann) et Stefan (Aleksander Skarsgard) dans Coeurs ennemis

Rachel (Keira Knightley), Freda (Fiora Thiemann) et Stefan (Aleksander Skarsgard) dans Coeurs ennemis

 

Cette métaphore permet aussi de tenir à distance l’écueil sentimental qui pouvait menacer le film. Car il eut été facile de ne voir dans Cœurs ennemis qu’un énième triangle amoureux rendu juste plus scandaleux par son contexte historique. 

 

Des acteurs parfaits

Pourtant, le jeu des acteurs permet d’empêcher cette chute inappropriée dans le mélo. Keira Knightley est toute en subtilité, faisant évoluer son personnage de bourgeoise anglaise engoncée et raide comme la Mort en une femme vivante. Elle ose le nu et la scène est comme un poème.

 

Lubert (Aleksander Skarsgard) et Rachel (Keira Knightley) dans Coeurs ennemis

Lubert (Aleksander Skarsgard) et Rachel (Keira Knightley) dans Coeurs ennemis

Dans le rôle du colonel, Jason Clarke est tout aussi impeccable. L’acteur – qui, ironie du cinéma, a joué le nazi Reynald Heydrich dans HHhH – campe ici un militaire anglais qui s’efforce d’oublier dans un travail incessant et quasiment vain la ruine de sa vie privée. Il y a presque du Kafka à le voir s’efforcer de maintenir un ordre public plus virtuel qu’autre chose. Faire semblant et donner à voir, les maximes de la vie sociale anglaise transportée sur le continent. Ainsi, Coeurs ennemis réussit à transcrire ce triomphe du paraître. Par ailleurs, les soirées que donnent les Britanniques ont un côté absurde tant elles sont déconnectées de la « vraie vie » (comme souvent chez les expatriés).

 

Lewis (Jason Clarke) dans Coeurs ennemis

Lewis (Jason Clarke) dans Coeurs ennemis

Le talent de Keira Knightley et Jason Clarke est justement de nous faire ressentir le déphasage de leurs personnages. Le mal-être les ronge. Enfin, Alexander Skarsgaard joue l’Allemand qui devient étranger dans son propre pays et jusque dans sa propre maison. Lui aussi a une vie ruinée. Sa vie lui échappe, son pays n’est plus le sien, sa fille devient une étrangère, et il doit même aller quasiment jusqu’à justifier sa propre existence. Tous ces états d’âme sont admirablement filmés par James Kent.

 

James Kent, réalisateur de Coeurs ennemis

James Kent, réalisateur de Coeurs ennemis

 

Coeurs ennemis : l’espoir d’une renaissance

Néanmoins, il y a une note positive dans ce drame. Car, de même qu’une ville se reconstruit, les êtres se reconstruisent aussi. Il est donc possible de pousser plus loin la métaphore : ce n’est pas qu’une ville et des vies en ruines que nous présente Coeurs ennemis mais une ville et des vies qui se reconstruisent. Rien ne sera jamais simple ; en urbanisme comme en amour, s’il n’y a pas de ciment, il n’est pas possible d’édifier quelque chose qui tienne.

 

Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !

 

A lire aussi :

 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial